Prison avec piscine

Le professeur Filippo Ermini est le fils d’une honorable famille de Rome qui habitait la « villa Magnolia », un groupe de petits immeubles chics, barricadés sous haute surveillance. « Chercheur, la tête dans les nuages », Filippo habitait dans un quartier chic de Rome. Ses parents meurent et il hérite de l’appartement. Il y fait faire des travaux de rénovation quand il a un accident de moto et devient paralytique à 38 ans.
Isidro, « l’Indispensable », serviteur de longue date de ses parents, reprend du service et s’occupe de lui jour et nuit.
Filippo s’est refermé sur lui-même ; son égoïsme va croissant. Il ne se pose aucune question sur ce que fait son domestique en dehors de ses heures de service (une vague association de Péruviens en exil), ne se demande pas comment les gens vivent. S’il ne s’occupe de personne, tout le monde sait tout ce qui se passe dans la résidence.
Un nouveau locataire vient habiter l’appartement en face de la terrasse de Filippo. Il devient le centre de toutes les conversations. Petit à petit, nous apprenons que c’est un ancien mafieux en résidence surveillée par la police. Filippo et Rodolfo deviennent amis au bord de la piscine. Rodolfo arbore, dans le dos, 3 magnifiques cicatrices mal recousues.
Qui est Rudy ? Qu’a-t-il fait ? Et surtout que va-t-il faire ?
Le suspense va croissant d’autant que tout le monde devient amis, mais jusqu’à quel point !
Un polar qui change des polars habituels et qui est très divertissant.
Ce livre est bien écrit (nous sommes entre gens bien. Même Rudy a fait des études d’ingénieur avant de virer de bord.). Les personnages sont bien étudiés. Filippo, le narrateur, utilise l’humour et l’autodérision malgré son handicap.
Pour passer un bon moment sans se prendre la tête. Je le conseille aux futurs vacanciers.
La Martine qui lit « Alias Caracalla », 1144 p. (?!) pour ne pas regarder la télé trop tard…
CARLETTI Luigi
Liana Levi, 2012, 248 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.