IronMan II

Je n’avais pas aimé le I. Ne me demandez pas pourquoi je suis allé voir le II. Difficile à expliquer. Peut-être qu’il y avait quelque chose que j’avais espéré percevoir dans le premier opus. Ce quelque chose, on le retrouve dans les premières minutes. L’apparition d’Anthony Stark se faisant retirer son armure sur scène accompagné de « Starkettes » et devant un public en délire est assez géniale. Le concept de base est intéressant : Anthony Stark n’est pas une sorte de Largo Winch le jour et Iron Man la nuit, mais il est Iron Man et Largo Winch de jour comme de nuit. Comment arrive-t-il à gérer cette double identité permanente ? La réponse est « très mal ». Ce concept est malheureusement noyé sous un flot confus qui fait rapidement ressembler le film à une parodie de Bioman qui fera rire au 14e degré les trentenaires nostalgiques de la grande période du club Dorothée et des Musclés.

Difficile de raconter l’histoire tant le scénario est un grand n’importe quoi. Anthony Stark, plus golden boy que superhéros, héritier d’un groupe industriel d’armement, se bat avec l’armée américaine qui veut acheter son armure magique. Au même moment, au fin fond de la Sibérie, un vieillard meurt après avoir donné à son fils (Mickey Rourke) ses dernières recommandations. On ne sait trop pourquoi, Mickey (qui n’a pas vraiment le physique slave) décide de se construire une armure magique bien à lui et d’aller tuer Anthony Stark. On le retrouve sur la piste du grand Prix de Monaco, déguisé en très très méchant. Va alors s’engager une poursuite mettant en scène d’un côté le Russe et le concurrent de Stark et de l’autre Iron Man, accompagné de sa fidèle Peper (le seul personnage bien) et d’une femme « couteau suisse » tombée du ciel: Scarlett Johansson qui surjoue affreusement (peut être est ce du second degré, mais on a du mal à savoir…).

Bref, c’est un grand gloubi-boulga sans queue ni tête, à regarder à la rigueur quand il passera dans un an sur canal+ ou dans deux ans sur M6.

Un point positif quand même, la bande son même si à mon goût le volume est beaucoup trop fort : de « London Calling » à « Highway to hell » en passant par « Another one bites the dust », les grands classiques du rock sont là.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.



Le voyage des cendres

Hector Van Bollewinkel, parrain de la mafia belge de New York, en phase terminale d’un cancer généralisé, décide de se faire sauter la cervelle.
Dans son testament, il lègue sa fortune à ses deux petits enfants (un garçon et une fille de 10-12 ans) à condition qu’ils aillent répandre ses cendres dans son plat pays natal. Le chauffeur qui devait les accompagner ayant eu un brutal empêchement, c’est Canardo, cousin de la veuve du truand, qui va prendre le relais. Dans ce road movie au pays du grand Jacques, ils sont accompagnés par Frida, une Flamande rose aux formes généreuses chargée de parfaire l’éducation des deux marmots.

Le dernier album des aventures de Canardo, le détective crasseux à tête de canard de Benoît Sokal est un très bon cru. Dès avant la première planche, un détail saute aux yeux : le bar de Fred et son ambiance enfumée au milieu de laquelle apparaît Clara, la femme fatale des premiers albums a disparu. Mais l’énorme changement tient aux habitudes de notre canard bien aimé. S’il fume toujours, il ne boit plus.

Dans les premières planches deux canettes de Klutch vides sont pourtant bien visibles derrières le pare-brise de la Cadillac blanche, mais après, plus rien. Ce sevrage semble doper la libido du détective qui finit par tomber dans les bras de Frida (plutôt moteur dans l’affaire). Bref, on est rassuré par le nouveau mode de vie de Canardo qui est bien meilleur pour sa santé. Ce qui fait la réussite de cet album, ce n’est pourtant pas l’ajout de quelques planches un peu hot ni la vraisemblance du scénario. Comme toujours, ce sont les dialogues qui arrachent la mise et les réparties des jumeaux new-yorkais, faussement blasés et ultras vulgaires font mouche à tous les coups. Mais ce qui est émouvant et qui fait sortir cet album du lot, c’est le regard affectueux de Sokal sur son pays. Il est beaucoup question de Flamands et de Wallons dans cette histoire et on ne peut que compatir avec son militantisme pour l’unité de ce petit pays qui tient au moins autant par ses artistes que par son roi.

Le voyage des cendres
Sokal
2010

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Mon amie Nane

Georges Bernanos restera toujours pour moi un auteur un peu hermétique, mais je sais maintenant au moins de qui il veut parler dans les premières lignes de « Sous le soleil de Satan » quand il dit « Voici l’heure qu’aima P.J Toulet… ».
Paul-Jean Toulet est né à Pau en 1867, mais il a aussi vécu à l’île Maurice et à Alger. C’est sans doute cette connaissance de l’étranger qui donne à « Mon amie Nane » une saveur un peu exotique qui fait penser aux BD d’Hugo Pratt.

Nane était une « demi-mondaine », comme on disait alors ou une « horizontale » comme on disait au XIXe siècle. Aujourd’hui, les plus méchants diraient que c’était une « poule de luxe ». Les plus compréhensifs, que c’était tout simplement une « femme libérée » et Marc Lavoine lui trouverait bien entendu les yeux revolver.
Nane était une « demi-mondaine » plus légère que fatale. Aujourd’hui, on la trouverait même un peu « blonde ».

Son histoire nous est racontée par l’un de ses amants qui nous fait part, non sans humour, du charme, mais aussi des inconvénients de cette relation évanescente.

En fait, l’histoire importe peu, car Paul-Jean Toulet, avant d’être un romancier, est un grand poète. Son style est si fluide et si pétillant qu’on se laisse submerger par l’enchevêtrement des mots et des phrases sans vraiment prendre le temps d’essayer de suivre le fil de l’intrigue.

Je me souviendrai cependant de la fin de « Mon amie-Nane » qui, comme beaucoup d’histoires de courtisanes, se termine par le mariage de Nane. Le dernier échange épistolaire, d’une grande profondeur, entre Nane et l’amant-narrateur nous oblige à revoir toute leur liaison sous un jour nouveau.

Bref, Paul-Jean Toulet est un grand écrivain qui a marqué la littérature française, et spécialement celle du début du XXe siècle, au même titre que des auteurs comme Proust et Céline. À ce titre, les efforts fournis par Jean d’Ormesson, depuis les années 80, pour faire redécouvrir cet écrivain d’une incroyable modernité sont pleinement justifiés.

Edouard

Mon amie Nane
Paul-Jean Toulet
1905

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Les chaussures italiennes

Sur une île de la mer Baltique, Fredrik Welin, 66 ans, chirurgien en retraite, vit seul avec une chienne et une chatte. Son seul lien avec le monde, Jannson, un facteur hypocondriaque qui vient régulièrement se faire « soigner » et, occasionnellement, lui apporter du courrier.
Un beau jour apparaît sur l’île une femme qu’il va suivre pour en rencontrer une seconde qui lui fera rencontrer un homme et un peintre mort depuis des siècles. La rencontre des deux femmes lui donnera envie d’en rencontrer une troisième qui lui en fera rencontrer quelques autres.

Au départ, je m’étais fait offrir « Les chaussures italiennes » pour découvrir en version papier l’univers de l’inspecteur Wallander, le héros de Mankell incarné à l’écran par Kenneth Branagh.

J’ai donc forcément été un peu déçu de découvrir qu’il ne s’agissait pas d’une enquête policière et au bout de quelques pages, j’ai d’autant plus hésité à continuer ma lecture que la vie monotone de Friedrik me donnait une impression de déjà lu. Quand la première femme est apparue, j’ai tout de même décidé de continuer.

Les femmes des « Chaussures italiennes » ne sont pas des bimbos superficielles, des mères de famille exemplaires ou des executive women échappées d’un écran de télévision. Ce sont des femmes de tous âges dotées de fortes personnalités et durement éprouvées par la vie. Des femmes fortes aux faiblesses insoupçonnées, et vice-versa. Certaines se relèvent de tout, d’autres pas.

Elles entrent et sortent de la vie du sexagénaire un peu comme dans un moulin et sans vraiment sembler le bouleverser. Friedrik n’est pas un Dom Juan. Il paraît même un peu fleur bleue pour son âge et les relations qu’il entretient avec ses femmes sont des plus platoniques. Il les regarde tomber du ciel un peu surpris, mais sans plus. Toutes ces femmes font des « chaussures italiennes » un livre au parfum vaguement onirique, singulier et attachant, profondément mélancolique aussi, qui parle d’accidents, de maladie, de vieillesse et de mort. Un livre qui touchera sans doute moins les 7 ans que les 77 ans et qui, je l’espère, aura une suite, comme la fin semble nous l’indiquer.
Charles-Edouard

Les chaussures italiennes
Henning Mankell
2009

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Max et les maximonstres

Avec Max et les Maximonstres, le réalisateur de « Dans la peau de John Malkovich » abandonne l’esprit torturé de l’acteur américain pour celui du jeune garçon du célèbre conte de l’école des loisirs.

Max est un enfant débordant d’imagination, mais rongé par l’ennui. Entre un père absent, une grande sœur qui commence à construire sa vie et une mère qui essaie de reconstruire la sienne, il se sent complètement délaissé. Affublé de son inséparable déguisement de loup, il trompe sa solitude en rendant infernale la vie de son entourage.
Sans transition, ou presque, par un tour de passe-passe cinématographique, on plonge dans l’inconscient de Max qui se retrouve sur une île peuplée de monstres qui tiennent autant des personnages de l’émission des années 70 « un rue Sésame » que des pauvres hères des tableaux de Jérôme Bosch : les Maximonstres qui comme Max, s’ennuient.
D’abord pourchassé par les Maximonstres, il va réussir à les convaincre de faire de lui leur roi en leur promettant monts et merveilles.
Une fois sacré, comme Ubu, Max impose à ses sujets son bon plaisir, mais contrairement au héros d’Alfred Jarry, il va finir par se rendre compte qu’après l’euphorie du moment, l’ennui revient. Max réalisera qu’en l’absence de censeur, la transgression n’a plus beaucoup de saveur et s’apercevra que les cabrioles et les bagarres peuvent mal tourner. Il finira par reconnaître qu’on ne peut vivre sans règles, sans compromis et sans frustrations.
C’est en acceptant la dure réalité qu’il finira par retrouver la joie de vivre en devenant…un grand garçon.

‘Max et les Maximonstres » n’est pas un film pour enfants même si sa mise en scène et le livre dont le scénario est tiré peuvent le laisser penser. S’il parle à des enfants, c’est à ceux que nous ne sommes plus ou, plus exactement, que nous pensions ne plus être.
Sans doute, le séjour de Max sur l’île est-il un peu long et sa tristesse, comme celle des monstres, un peu trop appuyée. Peut-être est-ce une façon de dire que le « merveilleux » du monde des enfants ne peut exister qu’en « négatif » de celui des adultes. Peut-être enfin, est-ce le seul moyen de rouvrir au plus profond de notre inconscient, des portes que l’on croyait à jamais fermées.

Bref, « Max et les Maximonstres » est un beau film plein de sens, mais à voir que si l’on est disposé à se prendre un peu la tête.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

 

Un roman Français

Pris en flagrant délit d’absorption de substances illicites sur la voie publique, ou en moins administratif, en train de sniffer de la coke sur le capot d’une voiture à la sortie d’une boîte de nuit, l’auteur de 99 francs est transféré au poste. Les 48 heures de garde à vue qui vont suivre seront l’occasion pour l’écrivain de faire un plongeon dans son passé.

L’auteur commence par avouer son amnésie pour tout ce qui concerne son passé, mais on finira par tout savoir du quadragénaire cynique, chouchou des studios canal +. On saura tout de ses origines aristocratiques par sa mère et grandes-bourgeoises par son père, tous deux natifs du Pays basque ; de son adolescence de golden boy pourri gâté, en partie vécue dans un loft new-yorkais, du complexe d’infériorité qu’il nourrit vis-à-vis de son grand frère, de ses douleurs d’enfant de divorcés et de sa culpabilité de père divorcé…

Beigbeder tente de nous faire croire que tous ces souvenirs lui sont revenus alors qu’il croupissait entre les murs suintants de sa cellule, mais on les sent plutôt sortis du sofa douillet d’un psychanalyste parisien. L’incarcération, dit-il, lui a ouvert les yeux. Tant mieux pour lui. Il n’est plus comme avant. Tant mieux pour lui. Il va changer. Tant mieux pour lui.

À la fin du livre, il déclare qu’il aimerait que ce livre soit son premier. J’ai exaucé ses vœux puisque je n’ai rien lu de lui avant, même si, comme tout le monde, j’ai entendu parler de 99 francs et de son adaptation cinématographique. Avant de le lire, je pensais que Fréderic Beigbeder était quelqu’un qui ne présentait pas un intérêt particulier. Et puis, je l’ai vu présenter son livre à la télé et il m’a touché. Ensuite, j’ai pensé que si le jury du Renaudot l’avait choisi, ça devait être pour une bonne raison. Aujourd’hui, je pense que le Renaudot de Beigbeder, c’est un peu comme le Nobel d’Obama : des encouragements qui sanctionnent une déclaration d’intention. Wait and see. Je ferme la parenthèse Obama.

Pour résumer, j’ai l’impression d’avoir perdu mon temps (heureusement, dans le TGV) avec un présentateur télé narcissique et je trouve que « 18€ » aurait été un titre plus approprié qu’ « un roman français ». Que reste-t-il de ce voyage dans la peau de Fréderic Beigbeder ? Le style et l’humour ? Oui. Une dénonciation de la politique carcérale française ? Sans doute. Les douleurs des enfants de divorcés associées à une critique de mai 68 ? Peut-être.

Edouard

Un roman français
Frederic Beigbeder
2009

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Illusions perdues

Dans les années 1820, à Angoulême, deux amis, Lucien Chardon et David Séchard rêvent de réussir leur vie. Ce sera la reconnaissance de son talent de poète pour Lucien et l’aboutissement de ses recherches sur un processus révolutionnaire de fabrication de papier pour David.
À la fin de la première partie, les existences des deux jeunes hommes prennent des tournants décisifs. David se marie avec Ève, la sœur de Lucien. Ce dernier monte à la capitale avec sa maîtresse, la belle comtesse Louise de Bargeton à qui il a fait tourner la tête.
Dans la deuxième partie, on suit les aventures de Lucien à Paris. Délaissé par Louise peu après son arrivée, Lucien va se retrouver à la rue, ou presque. Il va remonter la pente en intégrant un petit cercle d’artistes miséreux au grand cœur. Rapidement, il va prendre conscience de son talent, mais, trop peu expérimenté, il dégringolera de son piédestal aussi rapidement qu’il s’y était hissé et reviendra à Angoulême l’oreille basse.
Dans la dernière partie, on assiste aux misères de David qui, en plus de payer les dettes de son beau frère, doit affronter les foudres des frères Cointet, de puissants rivaux qui s’efforcent de profiter du fruit des recherches du jeune inventeur.

Lire « Illusions perdues », c’est se perdre dans le ventre de la « Comédie humaine ». C’est aussi se plonger dans une époque où les rapports sociaux étaient sans doute encore très proches de ce qu’ils étaient sous l’Ancien Régime et où les différences entre Paris et la province étaient évidemment beaucoup plus prononcées qu’elles ne le sont aujourd’hui. C’est aussi un style très délayé, idéal pour une époque où la lecture était une distraction majeure qui n’avait pas à craindre la concurrence du cinéma, mais peu adaptée au XXIe siècle où le temps consacré à la lecture se compte parfois en trajets de RER.

Il n’en reste pas moins qu’ « Illusions perdues » restera un chef-d’œuvre de la littérature. Ce qui restera, c’est sans doute la deuxième partie dans laquelle Balzac décortique le mythe de l’artiste maudit au grand cœur, pauvre, mais honnête que l’on retrouvera en particulier au XXe siècle dans « La bohème » d’Aznavour. C’est aussi une réflexion sur la relativité du mot « talent », sur le besoin de reconnaissance, sur la maturité… Ce que je retiendrai d’ « Illusions perdues », ce n’est pas « inutile d’avoir de l’ambition, attendez la mort de vos parents pour vous enrichir » (c’est l’histoire de David), mais plutôt, « le talent n’est rien si on ne sait pas l’exploiter » (c’est l’histoire de Lucien qui va être pris en main par un jésuite espagnol et qui sera relatée dans un autre roman).

Edouard

Illusions perdues
Balzac
1836-1843

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.