Aux petits mots les grands remèdes

En exergue: un bon imprimé vaut mieux qu’un bon comprimé.

Alex est bibliothérapeute. Non, pas un restaurateur de livres, mais un thérapeute prescrivant de bons livres.
Ses patients: Yannick, qui a littéralement perdu sa langue dans un accident de voiture. Robert, un workaholic
au bord du burn-out. Anthony, footballeur au sommet de son art, insatisfait de sa vie hors des stades.
Alex vient d’être largué par Mélanie.
La mère d’Alex est une universitaire du style emmerdeuse.
Le père d’Alex est aux abonnés absents.
La propriétaire-concierge d’Alex est une mal baisée.

« Ma tante Adrienne avait en commun avec ma mère une aversion maladive pour ma profession.
Pharmacienne retraitée, elle profitait de l’argent gagné pendant quarante ans dans son officine.
Une pharmacienne ‘à l’ancienne’, comme elle se qualifiait. Quarante années à vendre de l’aspirine avec une marge
phénoménale. À proposer des sprays pour la gorge inutiles, des poudres contre la grippe qui provoquent des ulcères
et autres maladies chroniques. Une pharmacienne à l’ancienne. Pingre avec ça. Quand elle dépannait ma mère d’une boîte de médicaments, elle ne manquait pas de la lui facturer.L’amour d’une sœur se monnaye, parfois. »

Alex lui-même est du genre fainéant, grand admirateur d’Oblomov, le héros d’un écrivain russe nommé Gontcharoff. Un peu menteur, un peu comédien, il n’arrive pas à trouver sa place dans un monde agité.

Secouez tout cela comme au poker menteur, et vous obtenez un petit bijou d’impertinence et de tendresse. La vie moderne avec ses réseaux sociaux et ses smartphones: balayée.
« Les réseaux sociaux n’ont pas été créés pour communiquer, mais pour réconforter l’être humain malheureux, celui qui a perdu son travail comme celui qui a été raté par son coiffeur. »

L’auteur est de père sarde (de Sardaigne). Son sens de l’humour fait mouche à chaque page.Ses connaissances littéraires également. Pas étonnant, il est prof de lettres.

Amitiés bibliophages,

Guy

Michaël Uris – Poche

Le cœur de l’Angleterre

Le titre original ‘Middle England’ me semble plus adéquat.
La famille Trotter est bien connue des lecteurs de Coe (Bienvenue au Club et le Cercle fermé).
Ses membres reprennent du service sous la plume acerbe de Mister Coe, après 15 ans de silence.
Contrairement à Tintin, ils ont vieilli dans l’intervalle.

Pour ceux qui suivent la tragicomédie du Brexit, ce roman est un vrai régal.
Si vous avez vu à la Chambre des communes le speaker hurlant pendant des heures Order! Order!
vous aurez un point de vue un peu plus large sur les enjeux européens du 31 janvier 2020.

Benjamin Trotter, la cinquantaine s’achète un moulin au bord de la Severn, une rivière des Midlands.
Il espère mettre de l’ordre dans une vie sentimentale cahotante.
Son père Colin, au bout du rouleau, vient finir ses jours chez lui.
Sa nièce Sophie, après plusieurs déconvenues sentimentales, pense avoir rencontré l’amour de sa vie.
Une série de personnages plus ou moins folkloriques les entoure.
Les émeutes en 2010, les Jeux Olympiques de Londres, le référendum sur le Brexit constituent la toile de fond de ce roman foisonnant.
Yes or No, that’s the question.
Le débat s’impose dans les chaumières, jusque dans les chambres à coucher.

Jonatan Coe a un talent certain de satiriste.
Il est anglais jusqu’au bout des ongles. Y compris dans son humour pince-sans-rire.
Qui vivra verra. Ce qui peut se traduire par wait ans see.

Amitiés british !



Guy

Jonathan Coe – Gallimard – 549 p.

Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon

Je ne suis pas un fanatique des prix littéraires. À ma décharge, j’avais commencé la lecture du Goncourt 2019 le matin même
de son attribution, le 6 novembre.
Le touchant Dubois, surnom donné par un de mes fils, a encore frappé.

Pour les non initiés, tous les héros de Jean-Paul le Toulousain se prénomment Paul.

Paul Hansen est incarcéré à Montréal, dans le pénitencier dit de Bordeaux. Il partage une cellule avec un certain Patrick Horton,
membre d’un gang de motards, accusé de meurtre. Quant à Paul, on ne saura que vers la fin du livre pourquoi il a été condamné
à deux ans de détention. Fils improbable d’un pasteur protestant danois et d’une jolie Toulousaine, il raconte sa vie.
La maman exploite une salle d’art et essai à Toulouse. Le jour où le pasteur apprend que la salle de cinéma projette des films
pornographiques, son sang ne fait qu’un tour, il claque la porte et perd sa fonction. Cela se passe après les manifestations de 1968.
Toute la famille part en vrille, père et fils se retrouvent à Montréal, et le pasteur perd toute crédibilité quand il devient accro aux
champs de courses. Paul a trouvé un travail de concierge pour lequel il est apprécié. Il se marie avec Winona, une Amérindienne
pilote d’hydravion, et vivra avec elle les plus beaux jours de sa vie. Et il nous régalera avec les pages les plus tendres du roman.

Jean-Paul Dubois est un conteur extraordinaire. Son regard désabusé sur le monde qui l’entoure fait mouche. Son humour
ravageur est resté intact. Une des phrases qui traversent le livre: l’homme est un ours qui a mal tourné.
La phrase du titre est tirée d’un prêche du pasteur qui a peu ou prou perdu la foi.

Pour moi, ceci est une des meilleures lectures de ces dernières années.
Si vous n’aimez pas les gros cubes (je parle de moteurs), vous pourrez passer certaines pages.
Si vous aimez les curés de toutes tendances, tenez le livre avec des pincettes, il pourrait vous entraîner en enfer.

Avec toutes mes amitiés au nom du père, etc.

Guy Jean-Paul Dubois

La Porte

Un livre inhabituel. Un moment très fort.
Magda Szabo écrit des livres. Son mari est professeur d’université à Budapest.
Deux intellectuels de haut vol.
Un jour, Emerence débarque chez eux. Elle vient de la campagne, et habite leur quartier.
Elle fait office de concierge dans un immeuble voisin.
Elle est engagée comme femme de ménage.
Voilà le sujet, fort mince.
La force du livre: faire entrer le lecteur dans les sentiments contradictoires éprouvés par la narratrice.
Cela va de l’admiration à la colère, l’envie, la culpabilité, l’orgueil…
Emerence vit seule, avec 9 chats. Personne ne franchit la porte de son appartement.
Quand Mme Szabo y pénètre, ce sera pour faire hospitaliser son employée.
Avec toutes les conséquences pour une personne aussi indépendante.

En toile de fond, la Hongrie sous l’occupation des nazis, puis sous la domination communiste.

Magda Szabo (1917-2007) a adhéré à un cercle d’écrivains dissidents, baptisé Nouvelle Lune,
qui jurent refuser catégoriquement toutes commandes d’écriture du régime communiste et de
ne pas avoir d’enfants, afin que le régime ne puisse pas avoir de moyen de pression.

Emerence semble avoir pu lui tenir tête…

Amitiés magyares,

Guy

Magda Szabo – Poche – 352 p.

Mirage

Ce bon vieux Douglas nous a encore concocté une histoire à ne pas dormir debout.

Robyn (40 ans) et Paul (au moins 55 ans) débarquent à Casablanca pour un voyage en amoureux.
C’est Robyn qui raconte. Elle est follement amoureuse de ce second mari qui a promis de lui faire
un enfant. Ce voyage au Maroc débute comme une romance à la guimauve.
Arrivée sur place, elle découvre un secret que Paul lui cachait depuis de nombreuses années.
Devant la réaction de Robyn, Paul disparaît.
Et cela active l’engrenage.
Pensant suivre les traces de Paul, Robyn passera par Essaouira, Ouarzazate, pour s’enfoncer (dans tous les sens du terme) dans le Sahara.

On aime ou on n’aime pas Douglas Kennedy. Ses histoires racontent souvent les conséquences de mauvaises décisions, sans retour possible.

Le Maroc, en l’occurrence, ce très beau pays, avec une population beaucoup plus accueillante que
l’occidentale, sonne juste. La place de l’islam, le statut de la femme, le côté mercantile (les Marocains n’ont pas que des qualités…), tout cela est bien pointé.

J’ai passé un très bon moment, sans prise de tête.

Amitiés Inch’Allah,

Guy.

Douglas Kennedy – Belfond – 550 pages

4321

Il y a quelques mois, l’auteur new-yorkais est venu faire en France une tournée de promotion, accompagné de sa revêche épouse. Il est apparu dans différentes émissions, parmi lesquelles la Grande Librairie.
Il y a raconté la genèse de ce livre qu’il a mis 10 ans à écrire.
En refermant ce gros pavé (1190 grammes, presque autant que de pages), je me demande si le jeu en valait la chandelle. Je n’ai pas pris le risque de le prendre dans mon bain (je parle du livre) afin d’éviter des lésions cutanées sérieuses.

Comme le titre le suggère, il s’agit de 4 histoires.

Un jeune Juif russe débarque à Long Island au tournant exact entre le 19e et le 20e siècle.
Un de ses compatriotes lui conseille de déclarer porter le nom de Rockefeller, plutôt que son patronyme imprononçable. Interrogé par l’officier de l’immigration, il n’arrive plus à retrouver son nom d’emprunt et il laisse échapper en yiddish, Ikh hob fargessen! (J’ai oublié). L’officier l’inscrit dans son registre sous le nom de Ichabod Ferguson.

À partir de cette anecdote plaisante, Paul Auster imagine la destinée de Archie Ferguson, le petit-fils
de l’immigrant juif. Ici commencent 4 vies en 7 chapitres de chaque fois 4 épisodes. Vous suivez toujours?
On savait Paul Auster adepte de la lévitation (voir l’épatant Mr Vertigo).
Il prouve ici qu’il n’a pas peur de la haute voltige.

Les 4 vies du même personnage, avec d’autres comparses, d’autres choix, d’autres partenaires,
d’autres amitiés, d’autres orientations sexuelles, ont de quoi donner le vertige.

Je n’ai pas pu me défaire de l’impression qu’il a voulu écrire le chef-d’oeuvre que chaque écrivain
rêve d’offrir au monde. Il est conteur brillant, et fait partie des auteurs majeurs aux USA.
Les diversions sportives (base-ball envahissant) et politiques (Vietnam, Nixon, racisme)
pourraient être sérieusement élaguées, surtout pour un lecteur européen.

Me voici donc un peu perplexe.

Amitiés God bless you,

Guy

Paul Auster
Actes Sud
1020 p.

Meurtres pour Rédemption

Attention, c’est du lourd.
Marianne de Gréville, 20 ans, est condamnée à perpétuité pour deux meurtres.
Une peine incompressible de 22 ans.
Insoumise, violente, elle ne compte que sur elle-même pour survivre dans un milieu carcéral impitoyable.
Les moins violents ne sont pas les matons, parmi lesquels la surnommée Marquise (rivale du divin marquis).
Quelques lueurs: Justine, qui prend Marianne en pitié, et Daniel, au départ son fournisseur de clopes et de came,
moyennant certaines faveurs sexuelles, qui devient son confident, et plus si affinités.
Après 4 ans de ce régime ultra-violent, Marianne voit débarquer deux flics qui lui proposent un marché: la liberté
contre une exécution.
Comme les malades mentaux se trouvent non dans les asiles, mais en dehors, on apprend que les pires
criminels vaquent hors des prisons.

Comme le café ou le chocolat noir, voici un livre noir de noir.
C’est fort bien ficelé, et le lecteur candide que je suis en est sorti chancelant.
Après un bon café fort, ça va mieux.
J’ai décidé de rester honnête,

Guy.

Karine Giebel – Poche – 988 pages

Les voix du Pamano

Antérieur à Confiteor, que j’avais adoré, ce livre-ci en présente déjà toutes les qualités narratives.
Le petit village (imaginaire) de Tolena, en Catalogne, a connu des jours fort sombres pendant la période phalangiste suivant la guerre civile d’Espagne.
Années 2000: Une jeune institutrice découvre dans l’école 4 cahiers cachés derrière un tableau. Ces cahiers vont faire revivre l’histoire de ce village et plus particulièrement celle d’Oriol Fontelles , instituteur phalangiste . Comment ce jeune instituteur tout nouveau
dans la région avec son épouse en est-il arrivé à fréquenter l’ancien maire franquiste pendant les années 40?

Une nuée de personnages demande un effort constant de lecture pendant les 200 premières pages.
Les dialogues font des bonds de plusieurs années dans le temps. Une fois ce procédé assimilé, le lecteur peut vraiment déguster une histoire qui passe du tragique à la dérision sans temps morts.

Le personnage le plus fascinant: la belle et sulfureuse Elisenda qui se met en tête de faire béatifier Oriol. Rien de moins. Même le pape Paul VI est obligé de s’accrocher à son trône quand Elisenda le rencontre en audience.

Dans Confiteor également, on fréquente le Vatican de façon très peu catholique.
Si Jaume Cabré bouffe du curé, il le fait de façon particulièrement assaisonnée.
La Catalogne n’a pas encore dit son dernier mot.

Amitiés dominus vobiscum,

Guy
Jaume Cabré
Poche – 762 p.

Soumission

En 2022, en France, un parti islamiste arrive au pouvoir.
J’avais adoré « les particules élémentaires ». Je ne suis souvent pas d’accord avec lui, mais il a un style, il lance des pistes intéressantes… Je connaissais ses positions islamophobes et je m’attendais donc au pire en ouvrant « soumission ». Un genre d’ouvrage à la Céline dans lequel le mot « musulman » aurait remplacé le mot « juif ». Je resterai sur ma faim, son éditeur l’a peut-être encouragé à mettre de l’eau dans son vin. Pour tout dire, j’ai un peu l’impression d’être passé à côté, comme si j’avais lu sans imprimer. Sur le fond, au lieu de Céline, ce serait plutôt du Proust pour son caractère snob, prétentieux et mondain, la beauté de l’écriture et la finesse psychologique en moins. Je ne comprends pas trop non plus l’intérêt d’étaler tous les détails de la misérable vie sexuelle du personnage principal à part pour dire « ne vous inquiétez pas, tonton Houellebecq est là, y aura du crado pour tout le monde ».
Y faut dire que faire de la politique fiction, c’est un peu comme la roulette russe avec toutes les balles dans le barillet. Le livre ayant été publié en 2016, Houellebecq prédisait la réélection d’Hollande avec un second tour Hollande/Le Pen. À sa décharge, il faut reconnaître que les dernières élections ont été riches en rebondissements. Difficile de prédire la défection d’Hollande, le lynchage de Fillon, la percée spectaculaire de Macron et la pitoyable prestation de Marine Le Pen lors du débat de l’entre-deux tours. J’imagine mal cependant l’élection en France d’un président appartenant à un parti qui se réclame ouvertement d’une appartenance religieuse particulière. Cela serait sans doute possible dans d’autres démocraties occidentales comme le Canada et la Belgique. Là où il avait vu juste, c’est sur l’essoufflement de la bipolarité droite/gauche, quoi qu’après un an, il est difficile de faire un jugement tranché concernant la révolution opérée par LREM. Aujourd’hui, seul Mélenchon semble s’être relevé.
L’intrigue se déroule essentiellement dans les arcannes du milieu universitaire, l’éducation étant devenu la préoccupation numéro un du nouveau gouvernement.
La « soumission », c’est tout ce qu’on devine du nouveau statut de la femme et la remise en cause de tout ce qui a été fait depuis 50 ans en France pour asseoir l’égalité des sexes. L’un des protagonistes évoque « histoire d’O », le classique de la littérature érotique publié en 1952 et écrit par Dominique Haury (alias Pauline Réage) pour Jean Paulhan dont elle était amoureuse, dans lequel la « soumission » quasi masochiste de la femme tient une place majeure.
Je ne pense pas que l’on puisse réduire l’islam à la place de la femme dans la société même si cette confrontation entre les valeurs revendiquées par Daesh et celles défendues par l’occident est la plus médiatisée et la plus compréhensible par tous.
Les mouvements « me too » et « balance ton porc » de 2017 n’ont pas désigné de religions particulières, mais des comportements masculins qui s’apparentaient à une situation de « soumission », ce qui prouve bien que l’islam n’a pas le monopole de la soumission.

Édouard

Michel Houellebecq
2016
J’ai lu

Apocalypse bébé

J’suis plongée dans Virginie Despentes en ce moment. Tu connais ?
– Le nom me parle, mais j’ai jamais rien lu d’elle. Tu me conseilles lequel ?
Un peu plus tard, je passe un coup de Wikipédia. Ah, d’accord, c’est celle qui avait écrit « baise-moi ». J’me souviens, j’étais au lycée à l’époque, ça avait fait du buzz. J’me souviens plus comment c’était le buzz avant internet, mais il y avait déjà du buzz. Je sais pas si c’est très malin un titre comme pareil. Ça te colle au cul une étiquette « provoc » dont il doit être difficile de se débarrasser.
17 ans plus tard, Despentes reçoit le prix Renaudot pour « apocalypse bébé ». Du sexe, il y en a encore pas mal, un peu trop à mon goût, mais il n’y a pas que ça. Les hommes sont quasi absents et ce sont donc des histoires de lesbiennes qui pimentent le roman. Ceci dit, ça change de l’univers très sexué de « balance ton porc » et « me too ».
Ceci dit, Virginie Despentes est un vrai écrivain.
Valentine, fille d’un écrivain en mal de reconnaissance, quitte le nid. Deux détectives privées sont chargées de la retrouver.
J’aime bien cette description des années 2010 avec l’explosion d’internet, ce monde à la recherche de nouveaux repères dont les adolescents sont les premières victimes.
Ceci dit, Lucie, l’une des deux détectives, ne semble pas y voir tellement plus clair que Valentine. « La hyène », sa coéquipière, une sorte de cousine de Lisbeth Salander y semble beaucoup plus à l’aise : elle vit pour le chaos, il est fait pour elle.
J’aime cette construction du roman à travers une galerie de portraits qui vont en profondeur dans chaque personnage principal.
J’aime la fin apocalyptique comme il se doit. La notion de réalité a explosé. L’individu, pour survivre dans cet univers, ne peut plus compter sur une réalité toute faite et doit se construire sa propre réalité.
Aujourd’hui, les fakes news font partie de notre quotidien et, en voyant l’annonce de la mort de Stallone sur Facebook émanant d’un site douteux, on va automatiquement la recroiser via Google avec une source plus officielle. Je rassure mes lecteurs, Stallone n’est pas mort, je ne vois pas trop quel peut être l’intérêt d’annoncer sa mort, mais bon, il y en a sans doute un. Sinon, il n’y aurait pas eu de fake new. Maintenant, je ne vais pas chercher plus loin. Sans doute notre cerveau s’est-il formaté avec internet. Sans doute des clapets « pas la peine d’essayer de comprendre » ce sont-ils mis en place pour nous permettre de naviguer dans notre univers quotidien. En 2010, les esprits n’étaient peut-être pas complètement formatés.
Édouard
Virginie Despentes
2010
Le livre de poche