Les contes de la folie ordinaire

Titre original: Erections, ejaculations, exhibitions and general tales of ordinary madness.

Bukowski (1920-1994) eut son heure de célébrité en France lorsque, invité par Bernard Pivot à Apostrophes, il se présenta avec ses bouteilles de Chardonnay qu’il but au goulot, avant de se mettre à lutiner une des dames présentes au débat. Cette goujaterie se retrouve dans ce livre. Grossier, vulgaire, macho, il n’est heureusement pas que cela. On trouve ici un véritable écrivain, parlant des plaies de sa société, décrivant un monde de miséreux et de paumés. Alcool, sexe, courses de chevaux, écrivains ratés…Pour peu que l’on passe au-dessus de ses prétendues audaces (on a vu pire avec moins de talent), on peut passer un moment agréable, et même rigoler (jaune) par moments.

Ce drôle de bonhomme a fait graver sur sa tombe: ‘Don’t try’

Amitiés provocatrices,

Guy

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Presque rien sur presque tout

L’académicien s’est lancé (en 1995) dans sa vision de notre univers, depuis ses origines.
Les pages les plus passionnantes traitent de la littérature, et pour cause.
Ses talents de futurologue m’ont paru limités. On ne peut pas tout avoir.
J’avoue, en demandant le pardon de mes distingués correspondants, avoir sauté plusieurs pages.
L’homme aux yeux bleus électriques est croyant, il ne s’en cache pas.
Cela présente l’inconvénient de décrire un monde manichéen: soit vous avez la foi, soit le tout est absurde.

Mais il lui sera beaucoup pardonné.

Connaissiez-vous ce vers superbe de Racine:

Je t’aimais inconstant, qu’aurais-je fait fidèle?

Amitiés transcendantales,

Guy.

Jean d’Ormesson
Gallimard
380 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Les brumes du passé

Une curiosité: un roman policier qui se passe à Cuba.
L’inspecteur Mario Conde s’est rangé, et se lance dans
la recherche de livres rares.
Cette histoire devrait intéresser mes nombreux amis
bibliophiles.
Malheureusement, l’histoire met 300 pages a démarrer
véritablement.
Et le style m’a paru indigeste (traduction?)
On y apprend malgré tout des éléments intéressants sur
la vie quotidienne, depuis le régime honni de
Batista, jusqu’à la poigne de fer de Fidel Castro
(sans que celui-ci ne soit jamais cité). Censure??
Amitiés caribéennes,
Guy.
Leonardo Padura
Points
432 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Que faire de nos extraterrestres ?

L’intérêt des blockbusters américains et qu’ils disent tout haut ce que l’Amérique profonde pense tout bas et, dans notre village planétaire, c’est aussi un peu nous l’Amérique profonde.

Hier, j’ai regardé « Battleship », film pitoyable, plus de guerre que de science-fiction qui peut se résumer par cette phrase prononcée par un vétéran qui sort d’on ne sait où vers la fin du film : « Envoyons un peu de plomb à ces lopettes ».

Des extraterrestres, attirés par des connards de scientifiques qui leur envoient des signaux depuis des années, arrivent au beau milieu du Pacifique et décident de tout casser. Heureusement, des valeureux GI accompagnés par de braves niakoués sont là pour leur péter la gueule.

Je ne m’étendrai pas plus sur la nature hautement régressive du message délivré par ce chef-d’œuvre (docteur Fol amour peut se retourner dans sa tombe) ni sur la finesse du scénario. Ce qui m’intéresse, c’est la question qui n’est plus « est-ce qu’on va en trouver ? », mais « quand est ce qu’on va trouver quoi ? » et surtout « qu’est-ce qu’on va faire de ce qu’on va trouver ? ».

Bien entendu, pas question de petits hommes verts même si les passionnantes recherches sur Encelade, une lune de Saturne, laissent supposer qu’on pourrait trouver un peu plus que quelques micro-organismes.

En attendant d’aller là-bas, nos yeux sont rivés sur Opportunity qui pourrait trouver quelques signes de vie sur le sol martien.

Bref, on sent qu’on va y arriver enfin. Et après ? Que faire de ces découvertes. Si vous écoutez « Battleship », la réponse est : y vaut mieux pas savoir alors arrêtons de chercher…en même temps, ça nous a permis de bien nous marrer et d’utiliser tout notre arsenal de guerre.

Que fera-t-on une fois qu’on aura la preuve que la Terre n’est pas la seule à abriter la vie ?
On ne sait pas, peut-être pas grand-chose.
La semaine dernière, Arte programmait une émission intitulée « la fin des astronautes » qui faisait le bilan coût/rendement de l’envoi des hommes dans l’espace et posait clairement la question : faut-il encore en envoyer ? Interrogés, les premiers concernés n’étaient bien entendu pas d’accord et invoquaient la flamme du rêve et de l’aventure qu’il fallait entretenir : The show must go on !

Et si la recherche spatiale n’était là que pour nous faire rêver ? Et si un jour nous n’avions plus de quoi rêver… ce serait sans doute la fin du monde. Vive la recherche spatiale !

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Kafka sur le rivage

Si vous ne l’avez déjà fait, précipitez-vous sur ce chef d’oeuvre.
Kafka Tamura, quinze ans, fuit la maison de son père, près de Tokyo. Il atterrit dans une maison consacrée aux livres, devenue un musée. La gestion repose sur les épaules de la mystérieuse et fort belle Melle Saeki. Il y rencontre le séduisant Oshima-san ,de quelques années son aîné.
Le vieux Nakata prend également la route. Cet homme illettré, à l’intelligence limitée, connaît le langage des chats. Il dispose aussi de pouvoirs occultes.
Sans jamais se rencontrer, les deux personnages vivront des expériences initiatiques qui les transformeront totalement.
Poésie, humour, mystère, cruauté font de ce long conte une expérience inoubliable.
Murakami connaît les mythologies occidentales. Il revisite le mythe d’Oedipe de façon magistrale. Il y ajoute la sagesse du bouddhisme, et il pimente le tout avec Beethoven, François Truffaut, une large touche d’impressionnisme et beaucoup de mystère.
Guy.
Haruki Murakami
10/18
638 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

R « o »blochon

 

La publicité est-elle un art ? Question provocante a priori puisque son seul objet et de nous vendre des produits et que tous les efforts de l’artiste consistent à démontrer que ce qu’il fait n’a rien de commercial. Discours totalement hypocrite puisque, si l’on veut être plus qu’un peintre du dimanche, qu’un chanteur de salle de bain ou qu’un écrivain en herbe, il faudra nécessairement faire entrer une dimension commerciale dans son activité artistique.
On pense aussi à tous les artistes qui ce sont illustrés dans la publicité (Lautrec, Mucha…), et à tous ceux qui ont gravité autour de la publicité (Dali et son chocolat Lanvin, Gainsbourg et le Martini…). À mon sens, la publicité n’est sans doute pas la plus belle activité artistique ni la plus noble, mais est peut-être la plus honnête.
Bref, tout ça pour en venir à l’objet de ce billet par lequel je voulais rendre hommage à la petite fille qui joue dans la pub du reblochon.
Petit rappel qui paraîtra fastidieux au français qui visite ce blog, mais qui sera certainement utile aux autres.
Le reblochon est un célèbre fromage français au caractère affirmé que les enfants appellent souvent à tort r « o »blochon.
Le clip dure à mon avis moins d’une minute. Il met en scène un père et sa fille à laquelle je donnerais 7-8 ans.
Comme on s’y attendait, la petite fille prononce « roblochon ». Son père la corrige gentiment en lui renvoyant un affectueux « reblochon ». La mauvaise élève renvoie le « roblochon » et en écho, la voix paternelle renvoie un « reblochon » en appuyant bien sur le « e ».
Et c’est là qu’opère la magie. Dans ce dialogue entre le père et la fille, un seul mot est utilisé : le nom du fromage prononcé avec deux orthographes différentes. Tout le reste passe par le ton sur lequel le mot est prononcé et l’expression du visage des deux acteurs.
L’ultime « roblochon » de la petite fille est prononcé avec un énorme aplomb et son visage en dit long. Une expression enfantine sous laquelle on devine autre chose :
– J’ai compris, on dit « reblochon »… mais qui il est ce vieux con pour me donner des ordres ? Je l’emmerde, je fais ce que je veux. Ce sera donc ROBLOCHON.
Bref, on sent la préadolescente qui se réveille dans ce visage et peut être même quelque chose de plus féminin encore. Sacrée gamine. Gare aux mecs qui se trouveront sur son passage dans dix ans.
Bravo l’artiste. Tu as de l’avenir, j’en suis certain.
Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Sébastien

Un livre qui se lit en une soirée d’autant qu’il y a beaucoup de blanc dans l’écriture et dans l’impression. Sébastien nous raconte son histoire à sa façon au cours d’un interrogatoire par un policier très taiseux. (Je suppose et j’extrapole. Ce peut être aussi un psychiatre de la police. ???) « Je ne comprends pas ce qui se passe en moi. Je ne parle jamais comme ça. D’habitude je reste muet. » Sébastien est-il autiste ???? Quoi qu’il en soit, ses parents s’en débarrassent dans un Centre spécialisé (Psy ?). Ses week-ends et ses vacances, il les passera chez ses grands-parents. Sébastien sait que ses parents ne l’aiment pas. Par contre ses grands-parents sont gentils avec lui. Son grand-père le comprend sans beaucoup parler. C’est le seul qu’il aime et à qui il fait confiance. Un jour, ils partent même « entre hommes » à Paris, à une commémoration de la guerre d’Algérie. C’est là que tout se gâte. Beaucoup de points d’interrogation, certes, mais voilà un livre qui m’a surprise et déroutée. En quelques mots, on perçoit le désarroi, la peur, l’incompréhension de ce gosse qui se sent coupable de ne pas être comme tout le monde. En même temps, je me sens frustrée. Il n’y a pas assez d’explications, de précisions. Il faut toujours que l’on me mette les points sur les I. Peut-être que ce n’était pas nécessaire, tout compte fait.
La Martine
SPILMONT Jean-Pierre
La fosse aux ours, 2010, 130 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.