Stockholm

Quand l’avion a commencé sa descente, en voyant tous ces lacs et toutes ces forêts, je me suis senti Nils Holgersson, juché sur son oie sauvage. En arrivant au centre-ville, je me suis senti Batman à Gotham city. Si Copenhague m’a émerveillé, Stockholm m’a envoûté : par sa configuration géographique tout d’abord avec les îles de toutes tailles qui composent la ville. Les rues sont propres et l’air est d’une incroyable pureté (ça, on s’en rend bien compte en rentrant à Paris). Et puis, il y a le design : partout fleurit cette nature-bis, dans les parcs, dans les rues, dans les immeubles, dans les stations de métro… Les deux natures se complètent harmonieusement, chacune mettant l’autre en valeur. Je ne sais pas s’il est possible de tout voir, de tout connaître de Stockholm. Pour moi, c’est une ville aux mille visages, un peu comme Paris, Londres ou New York et son charme provient en grande partie de cette insaisissabilité.
Pour ma part, c’est sans conteste Södermalm ma préférée, là où Stieg Larsson situe les appartements de ses deux héros ainsi que le siège de Millenium et là où il a écrit sa saga. Le dernier étage de Fotografiska, le café String avec toutes ses chaises et tables dépareillées, la colline de Vita Bergen avec ses jardins ouvriers…j’étais comme Ulysse chez Circé, presque décidé à ne pas m’en aller. Heureusement, j’y suis parvenu, il y a plein de choses aussi sur les autres îles : les ruelles de Gamla Stan où la ville d’origine a été construite au XIIIe siècle, bien après l’époque viking ; le musée d’art moderne de Skeppsholmen ; le parc de Djurgården ; le musée Strindberg sur Normallm…je rentre avec le sentiment de ne pas avoir vu le centième de ce qu’il fallait voir, mais aussi avec la ferme intention d’y retourner.
Vivre au pays du prix Nobel, d’Ikea, d’Abba et de Millenium ? La langue ne m’a pas semblée très abordable, pas de racines latines bien entendu, mais des racines germaniques peu ou pas identifiables. Il y a aussi le climat, on est quand même très au nord, globalement à la latitude de Saint Petersbourg, l’été est court et l’hiver est une longue nuit glaciale, la météo est aussi capricieuse. Il y a eu un orage le dimanche matin et quand Thor s’énerve, ça ne rigole pas : les familles se réfugiaient dans le métro et les petits Suédois pleuraient en se bouchant les oreilles, je n’ai jamais vu de telles trombes d’eau s’abattre en si peu de temps.
J’ai toujours pensé que ce climat expliquait en partie la rudesse des sagas nordiques, pleines de violence et de fureur, dans un cycle permanent de fins du monde, de luttes des dieux perdues d’avance et de renaissances. C’est une autre aire culturelle, la dernière d’Europe à avoir été peuplée a la fin de la dernière glaciation, une région située bien au-delà des frontières de l’Empire romain et la dernière à avoir été christianisée. Nombre d’historiens estiment d’ailleurs que l’identité viking s’est en partie forgée en réaction aux politiques d’évangélisation musclées menées par Charlemagne. Si vous voulez voir des vitraux, inutile de les chercher dans les nombreuses églises, il n’y en a pas. Par contre, il y en a de très beaux dans la cage d’escalier « art nouveau » de l’immeuble du musée Strindberg. Rigueur protestante oblige, il n’y a peut-être que dans les édifices religieux que le design se fait discret.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.