Edition et titre

Qu’est-ce qu’un bon titre ? Si, en tant qu’auteur, vous cherchez sur la toile, vous trouverez des conseils du genre : ne vous inquiétez pas, le titre, c’est l’affaire de l’éditeur. Il est très peu probable qu’il retienne le titre que vous choisirez.
Que faut-il retenir de ces conseils ? Que pour l’auteur, le choix du titre n’a aucun intérêt ?
Personnellement, je ne le pense pas. Bien entendu, même s’il y a quelques trucs qu’il est bon de savoir, la recette de l’écriture d’un livre est ultra subjective est peut difficilement être transmise de bouche d’écrivain à oreille d’écrivain puisqu’elle épouse les contours de la psychologie du romancier.
Pour ma part, un bon livre est une alchimie entre le détail de chaque scène qui le compose et le tout qu’il constitue.
Pour aborder l’écriture d’un roman, il me semble important de savoir si on est aristotélicien ou platonicien, en gros, si dans la vie, on a plutôt tendance à aller du général au particulier (les platoniciens) ou du particulier au général (les aristotéliciens). Pour ces derniers, la recherche immédiate du titre n’aura pas d’intérêt. Par contre, pour les platoniciens, elle sera primordiale. Le titre sera la première étincelle de vie du roman. Au cours du temps, entre la naissance de l’idée et la construction de l’intrigue, le sens global de l’ouvrage pourra évoluer. Peut-être aussi que les remarques des relecteurs feront vaciller le titre originel.
Et l’éditeur dans tout ça ? L’éditeur, c’est autre chose. Il va devoir premièrement faire coïncider le roman avec la ligne éditoriale de la maison et deuxièmement, il va devoir vendre le livre et trouver un titre accrocheur. Afin de réussir ces acrobaties, il est courant qu’il propose un autre titre que celui proposé par l’auteur. Ainsi, de « la caresse du démon » dans la phase primaire de l’écriture, après finalisation du récit, avis des relecteurs et proposition de l’éditeur, le livre pourra être vendu en librairie sous le titre « Hervé, le lapin malin ».
Il est vrai que le titre « la rédaction de mémoires contentieux en droit de l’urbanisme » a été conservé tel quel par mon éditeur (voir « édition et rectangle ») et pourtant, je ne pense pas que ce soit un titre très accrocheur…c’est l’exception qui confirme la règle.
Comme annoncé dans mon dernier billet « édition », je ne vais pas envoyer mon roman avant septembre. Si je trouve un éditeur, je ne manquerai pas de vous faire savoir si j’ai pu ou non sauver mon titre (je suis un platonicien).
Bonnes vacances aux aoûtiens et bonne reprise aux juilletistes.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s