Edition et éditeurs

Il y a presque un an, dans « édition et débroussailleuses », je racontais comment j’avais sélectionné 17 éditeurs dans l’ouvrage de la revue Lire : « comment se faire éditer ».
J’étais alors très loin de m’imaginer qu’il me faudrait de nombreux mois avant de poursuivre mes investigations éditoriales. Elles ont repris mi-septembre : J’ai choisi de procéder par vagues et d’en choisir 8 sur les 17 pour la première.
D’abord, faire imprimer 8 manuscrits et trouver 8 enveloppes à soufflet : rien de très compliqué jusque là. Ensuite, en relisant les conseils de « comment se faire éditer », j’ai compris qu’il allait falloir me résoudre à écrire des lettres d’accompagnement pour chaque éditeur : la plupart le demandent et ceux qui ne disent rien ne disent pas non plus qu’ils n’en veulent pas. La longueur ? Je me suis aligné sur les 10 à 15 lignes dont parle le guide.
Comment individualiser chaque lettre ? En essayant de mieux connaître les éditeurs, bien entendu. Comment faire pour mieux les connaître ? Il y a le site qu’il est indispensable d’aller voir pour connaître les modalités particulières d’envoi du manuscrit. Il y a Wikipédia pour connaître l’histoire des éditeurs et les auteurs qui sont attachés aux maisons. Il y a enfin les moteurs de recherche des journaux qui informent sur l’actualité des éditeurs. Tous ces éléments permettront au final de déterminer ce qu’il peut y avoir de commun entre vous et chaque éditeur. Bien entendu, ça restera une impression, une tendance très subjective pour envoyer 8 lettres de 15 lignes légèrement personnalisées.
Une fois cet exercice réalisé, viendra le temps de la réalisation des colis renforcés au gros scotch : séquence collage et découpage qu’on évoque rarement dans la vie d’un auteur.
Voilà maintenant l’épreuve ultime, celle qui marque la fin d’un chapitre et que j’ai finalisée aujourd’hui, celle à partir de laquelle la période de l’attente commence : l’envoi par la poste.
Mon guide fétiche recommande un envoi par lettre recommandée avec AR. Sachez que l’envoi de 8 manuscrits avec AR est une entreprise très chronophage, tellement que j’ai décidé de la répartir sur deux samedis matin. Aux auteurs qui ne seraient pas passionnés d’informatique, je conseille de faire un premier envoi pour voir comment ça marche. En effet, tout est informatisé et pour les recommandés, il faut dire à la machine que votre envoi est une lettre et non un colis. Sinon, elle le fera partir en colissimo.
Après tout ça, vous rentrez chez vous et vous vous rendez compte que vous êtes vidé, sec, que rien que le fait d’écrire un article sur votre blog pour informer vos lecteurs que le chapitre est terminé se révèle être une entreprise pénible.
Petit à petit, vous vous réveillez, vous sortez du cocon dans lequel vous vous êtes enfermé pendant deux ans pour écrire votre roman. Vous réalisez qu’un vrai monde existe, un monde fait de chair et d’os. Et là vous pensez : « bon, me vla sorti. Et ben c’est tant mieux parce que je ne ferai pas ça tous les jours ! »
À bientôt j’espère, pour de nouvelles aventures.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Une réflexion sur “Edition et éditeurs

  1. Guy 9 octobre 2011 / 15 h 17 min

    Je croise les doigts pour toi, mon cher Charles. Comme tu l’écris, tes envois t’obligent à certains exercices physiques que tu réserves d’habitude à la manipulation de la zapette.
    Très amicalement.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s