Comment parler de « race » ?

Un projet du gouvernement en 2013 qui visait à supprimer le mot « race » de la constitution avait suscité de nombreux débats dans la communauté scientifique.

Les races existent-elles ?

Question explosive à laquelle on a tendance à répondre « non », de peur d’être accusé de racisme. Il est vrai que ce mot est chargé d’un patrimoine historique qui ne donne pas vraiment envie d’en faire usage.

Pourtant, les avancées scientifiques des dernières années mettent en évidence qu’il y a bien des « variantes » dans l’espèce humaine.

D’un point de vue purement génétique, il y a eu la découverte en 2010 de l’interfécondité entre Sapiens et Neandertal qui laisse entrevoir un certain particularisme génétique eurasien même si le génome de néandertal est présent dans les populations africaines dans des proportions plus discrètes. Il y a de plus eu d’autres espèces humaines par le passé et certaines étaient interfécondes avec Sapiens, c’est maintenant un fait.

À côté de cela, il y a la sélection naturelle à laquelle Sapiens, comme tous les animaux, a été soumis. Les plus adaptés survivaient et les autres non. Évidemment, cette sélection naturelle était beaucoup plus forte il y a 10 000 ans qu’elle l’est aujourd’hui et nous permet de comprendre pourquoi les Islandais ne ressemblent pas beaucoup aux Papous.

Dans le mot « race » des années 30, il y avait deux choses qui ne sont plus acceptables aujourd’hui :

– L’existence de différences naturelles profonde entre groupes humains. On connaît la passion des nazis pour la génétique. Celle-ci démontre aujourd’hui que les différences entre les groupes humains sont infimes. Cependant, nier l’existence de ses disparités minimes serait aussi une contre-vérité.

– La position hiérarchique de tel groupe humain par rapport à tel autre. On touche là aux bases du « racisme », dans son sens le plus péjoratif. Cette notion était alors largement admise en occident comme dans d’autres régions du monde (toutes ?), le blanc n’a pas l’apanage du racisme.

Ces deux éléments justifieraient qu’on n’utilise plus ce mot et qu’on l’envoie aux oubliettes du vocabulaire français. Je veux bien, mais comment parler alors des différences physiologiques qui caractérisent les différents groupes humains ? Réutiliser le mot « race », même en précisant que son contenu n’a plus rien à voir avec celui des années 30, sera toujours sujet à controverses. Quel mot utiliser alors ? Il faudrait peut-être que l’Académie française lance un concours d’idées…

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s