Guerre et Paix

Expérience intéressante que la relecture de ce classique des classiques, après celle de mon adolescence, il y a une bonne cinquantaine d’années (!)
Dans mes souvenirs, il y avait Natacha, bien évidemment influencée par l’image de la sublime Audrey Hepburn.
Il y avait cette immense épopée dans la Russie du début du 19e siècle.
Lisez Guerre et Paix, imprégnez-vous de ce monument.
Contrairement à mes souvenirs, Natacha m’est apparue comme une enfant gâtée, immature et névrosée.
Parmi tous personnages du livre, Tolstoï semble vouer une affection particulière à Pierre Besoukhov, le géant débonnaire totalement perdu dans un monde qu’il ne comprend pas.
Beaucoup de militaires, dont peu de sympathiques. Dans cette optique, le monde a peu changé.
Même impression à la fin du livre: l’épilogue, avec des considérations historiques oiseuses, m’a permis un exercice de lecture rapide bienvenu.
Amitiés napoléoniennes,
Guy
Léon Tolstoï

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s