Cent ans de solitude

(Petite) déception pour ce chef-d’oeuvre de la littérature sud-américaine.
J’ai eu des difficultés à entrer dans ce chaudron foisonnant.
La famille Buendia, habitant à Macondo, en Amérique du Sud, est condamnée à cent ans de solitude par le gitan Melquiades. Cinq générations vont se succéder, au milieu des révolutions, guerres civiles, destructions et catastrophes naturelles.
Cela vole dans tous les sens, et le lecteur rationnel que je suis a de la peine à s’accrocher à son fauteuil, et à se retrouver au milieu de tous ces personnages baroques.
Un grand ami sud-américain m’a confié qu’il avait lu ce livre en 48 heures, sans dormir.
Il m’a fallu 2 semaines, avec des nuits agitées.

Gabriel Garcia Marquez, prix Nobel  de littérature en 1982, est resté fidèle à Fidel Castro le Cubain, décédé récemment, jusqu’à son dernier souffle. Roman utopique? Pavé dans la mare antiaméricaine?

Amitiés crypto révolutionnaires,

Guy.

Gabriel Garcia Marquez – Points 461 p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s