Teilhard de Chardin

Le jésuite Pierre Teilhard de Chardin fut l’un des plus grands paléontologues de la première moitié du XXe siècle. Né en 1881, fervent catholique  dans une Europe que venaient de heurter les théories darwiniennes, il s’efforcera toute sa vie de démontrer que la théorie de l’évolution n’était pas incompatible avec la pensée chrétienne.

Cela faisait déjà bien longtemps qu’on ne brûlait plus les hérétiques et l’Église, après s’être opposée frontalement aux théories évolutionnistes, adopta peu à peu un discours plus nuancé tout en croisant les doigts pour que les fidèles ne se posent pas trop de questions. Rome le sentait bien cependant, la lecture au pied de la lettre de la genèse avait du plomb dans l’aile. Cela tenait encore…pour combien de temps ? En tout cas, il semblait évident qu’il était dangereux que l’édifice s’écroule et  il fallait faire taire ceux dont les propos pouvaient précipiter sa chute.

Teilhard parlait trop. On eut beau l’empêcher de publier, l’exiler, le réprimander, ses paroles se diffusèrent largement en particulier du fait de ses nombreux appuis dans la communauté scientifique déjà très laïcisée de l’époque. Tenté à plusieurs reprises de quitter son ordre, il ne s’y résoudra cependant jamais, persuadé que ses théories ne s’opposaient pas à la religion. Évidemment, pour faire le lien entre le brontosaure et la multiplication des pains, il fallait un peu aménager les dogmes. Ca théorie était en fait un embryon de ce qu’on nomme aujourd’hui « intelligent design » : certes, Dieu n’a pas créé l’homme et la femme d’un claquement de doigts, ceux-ci sont bien le fruit d’une lente évolution, mais c’est bien Dieu qui est le moteur de cette évolution. Imparable…en tout cas pour le moment.

Ses démêlées avec sa hiérarchie le feront prendre un tournant et lui trouver sa vocation. En 1932, il dira «  L’unique but de ma vie, à partir d’aujourd’hui, sera, plus uniquement encore, de travailler à briser le cercle où, par une ironie amère, les « enfants de lumière » ont enfermé l’esprit ». Ce combat, il le poursuivra jusqu’à la fin de sa vie, en 1955. Sept ans plus tard, s’ouvrira le concile Vatican 2 où l’Église catholique fera un effort sans précédent d’ouverture au monde et à la modernité.

Cependant, Vatican 2 ne réglera pas la question de l’évolutionnisme et les papes successifs resteront prudents. L’ « intelligent design » fera son chemin, mais il faudra attendre 2014 pour que François, un autre jésuite arrivé à  la tête du Vatican, s’exprime explicitement : « l’évolution dans la nature n’est pas incompatible avec la notion de création, parce que l’évolution requiert la création de choses qui évoluent. »

Édouard

Teilhard de Chardin

Edith de la Héronnière

2003

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s