La peste noire

La peste est un bacille qui se transmet par les puces des rats et de quelques autres mammifères. S’il n’y a plus de grandes épidémies comme il y a eu en France jusqu’au XVIIIe siècle, on ne peut pas dire que la peste ait totalement disparu et l’on rencontre encore des cas isolés notamment à Madagascar et aux États-Unis où un cas a été identifié en 2014.
L’ADN nous permet de retracer l’itinéraire du bacille. Il serait apparu à la fin du néolithique en Asie centrale et aurait commencé son périple vers l’occident grâce à un animal qui venait alors d’être domestiqué par l’homme et qui lui permit de conquérir le monde à une vitesse encore jamais atteinte : le cheval.
Il est question dans la bible de destruction de populations par la maladie, mais il n’est pas possible de savoir précisément de quoi il s’agit. Une première grande épidémie se manifeste en Europe au VIe siècle provenant d’un port égyptien, le bateau étant également un grand diffuseur du bacille. Il va sévir pendant deux siècles avant de disparaître mystérieusement. Il revient au XIVe siècle pour dévaster une fois de plus l’occident. La peste est l’exemple typique de la terreur médiévale. Dans une société qui ne comprend la maladie que comme un châtiment divin individuel, le mal ne peut susciter qu’effroi et incompréhension. Pour rester fidèle à la doctrine chrétienne, on ne brûle pas les corps pestiférés, permettant ainsi la propagation du mal. La dernière grande épidémie de peste se manifestera en Provence dans les années 1720. On en connaît cette fois la cause précise, l’entrée frauduleuse d’un navire dans le port de Marseille. Les mentalités ont un peu évolué depuis le XIVe siècle, on avance diverses hypothèses en tentant d’imposer le concept d’épidémie. Cependant, les esprits ne sont pas encore prêts et continuent à douter qu’il puisse y avoir transmission d’un individu à l’autre. Ce principe ne sera admis que sous l’empire.
Dernier acte: la révolution industrielle s’est installée en Europe et avec elle le train et le bateau à moteur qui permettent d’aller toujours plus nombreux, plus vite et plus loin. Les Européens se partagent le monde. A la fin du XIXe siècle, une épidémie de peste éclate en Chine. Alexandre Yersin, un élève de Louis Pasteur, est envoyé sur place pour trouver une solution. Non sans mal, concurrencé en particulier par un médecin japonais élève de l’Allemand Robert Koch, il parvient à identifier le bacille : victoire de la science sur la mort mais aussi sur la superstition.
L’auteur ne s’étend pas sur les représentations culturelles du fléau. Le nombre de pages d’un « Que sais-je ? » est limité… Il n’en reste pas moins que de Boccace à Camus, la maladie marquera profondément la littérature occidentale. La peste, c’est l’allégorie de l’expansion humaine toujours source de bienfaits et de catastrophes. C’est celle aussi de l’accueil de l’étranger qui n’est jamais dépourvu de craintes. Aujourd’hui, la Terre est devenue toute petite, les informations peuvent circuler en quasi instantané d’un bout à l’autre de la planète. Le WEB, porteur de progrès est aussi porteur de haine et favorise la manipulation de masse… la peste n’est pas près de disparaître.
Édouard
Michel Signoli
Que sais-je ?
2018

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s