Contagions

Qu’est-ce que le coronavirus ? D’où vient-il ? Pourquoi est-il là ?

L’essai est accessible en version dématérialisée sur le site des éditions du seuil (cliquez ici) et devrait être disponible en version papier à partir du 16 mars.

Cet essai de Paolo Giordano qui vit en live la pandémie à Rome vient d’être traduit de l’italien. Il convaincra incontestablement les derniers réfractaires au confinement.

Le coronavirus est un être vivant, certes primitif. Bon, on ne peut pas lui demander de peindre des cavernes ni de philosopher. Il n’a pas de cerveau et n’a qu’une idée fixe: coloniser toutes les cellules qu’il trouve sur son passage. Ne se déplaçant pas lui-même, il se déplace avec les porteurs des cellules colonisées et envahit d’autres cellules si l’occasion se présente. Avec l’avion et le train, il va pouvoir prétendre à une mobilité inouïe et avec les foules des villes, coloniser un grand nombre d’individus. Pour l’empêcher de nuire, des mesures d’hygiène sont nécessaires et bien entendu l’isolement des individus empêchant le virus de passer de l’un à l’autre. C’est très logique et ça explique qu’on nous demande de rester chez nous en attendant que la situation se stabilise, mais le monde n’est visiblement pas sorti de l’auberge et l’Italie en particulier.

Pour l’auteur le lien entre le coronavirus, la mondialisation et les bouleversements climatiques sont évidents. Il faut un certain nombre d’éléments concordants et de coïncidence pour qu’un pangolin contaminé par une chauve-souris transmette le virus à un individu et arrive jusqu’en Europe. On ne saura d’ailleurs probablement jamais comment cela s’est concrètement passé cette fois-ci. Ce qui est certain, c’est que le bouleversement des écosystèmes perturbe aussi les virus, les incitant à trouver d’autres cellules pour les héberger. Il est évident aussi que la surpopulation est génératrice de comportements alimentaires à risque favorisant la transmission du virus à l’homme. Enfin, la forte mobilité humaine accompagnant la mondialisation favorise naturellement le déplacement des individus porteurs du virus ou de tout autre support sur lesquels le virus pourrait survivre.

Bref, le coronavirus n’est pas un mystérieux mal venu d’on ne sait où. Il n’est pas non plus l’arme d’une organisation secrète criminelle comme dans les James Bond. Le complotisme est une solution rassurante permettant de se voiler la face. Non, le coronavirus est un symptôme révélateur du sens que prend notre monde aujourd’hui. Il y aura d’autres coronavirus, moins virulents ou plus virulents, impossible à prévoir. Sans doute d’autres catastrophes se produiront elles sous des formes qui dépassent notre capacité d’imagination. Que faire ? Il ne sera pas possible de revenir en arrière. Ralentir le mouvement si possible et seules les catastrophes pourront permettre cette prise de conscience. Le caractère positif ou négatif de ses événements dépendra finalement des moyens mis en œuvre pour y faire face.  Ce qui est clair, c’est que le sentiment de maîtrise absolue de la nature très fortement incrusté dans les esprits occidentaux va en prendre un coup. Il faudra apprendre à vivre dans l’incertitude.

Édouard

Paolo Giordano

Seuil

Mars 2020

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s