Les gilets jaunes à l’épreuve de la pandémie

Ils fleuraient bon la lutte sociale à l’ancienne à l’automne 2018, d’autant plus que la hausse du carburant apparaissait comme une cause très légitime. Macron, au cours des premiers mois de son mandat, avait lui aussi su trouver les mots injustes même s’il n’est peut-être pas entièrement responsable de la haine sans borne qu’il a attirée sur lui. Le mouvement se cristallisa rapidement autour de sa personne et, bien qu’il ait inlassablement demandé sa démission pendant des mois, je doute qu’il ait pu survivre sans lui.

On parlait de dictatures, de violences policières, mais leurs comportements finirent par lasser. La mayonnaise ne prenait pas. Sans but précis, sans leaders, ils finirent par ressembler au cavalier sans tête de Sleepy Hollow et s’évaporèrent dans la chaleur de l’été 2019. Ils ne retrouvèrent pas leur vigueur des origines à la rentrée même si une autre lutte sociale « à l’ancienne » les aida à reprendre un peu du poil de la bête. Le blocage des transports, un grand classique aussi de la lutte sociale. La nostalgie de 95 n’était pas loin. Mais 25 ans plus tard, le blocage des transports n’avait plus la même signification. Les pauvres en furent les premières victimes.

Et puis, à la fin de l’hiver, un phénomène inédit frappa la planète. Pour y faire face, un procédé venu d’un autre âge, mais qui fait toujours ses preuves fut mis en place par le gouvernement : le confinement. Cette mesure « liberticide » avait de quoi raviver la flamme contestataire des plus jeunes opposés à toute forme d’autorité, mais également des plus vieux, bercés dans leur fougueuse jeunesse par « l’interdit d’interdire ». On pouvait à nouveau crier à la dictature.

Un bémol de taille demeurait, la mesure avait été prise dans un but de protection sanitaire. Donc, un seul moyen pour continuer le combat, dénoncer la surestimation du danger de la maladie par le gouvernement voire, nier son existence si possible. L’exercice était périlleux. Impossible par exemple pour les adorateurs du « mage des pauvres », Didier Raoult, de nier l’existence de la maladie.

Cependant, minimiser la maladie est une idée séduisante, car la maladie fait peur, beaucoup plus que le vaccin imaginaire de Bill Gates. À partir du moment où l’on a décidé que toutes les sources sont  fausses et qu’on a plus aucun référentiel de réalité, on choisit la vérité qui nous plaît le plus. Mais les avis seront de plus en plus divisés, d’autant plus si certain d’entre eux font partie du personnel médical, ont eux-mêmes attrapé le virus ou ont des proches qui l’ont attrapé.

Bref l’engouement initial n’est plus là. Les gilets jaunes survivront, toujours moins nombreux et toujours plus radicalisés. Et puis, le rejet des élites reste une thématique porteuse et Macron est toujours là. Qu’ils se rassurent, le traitement de la pandémie par le gouvernement semble jugé favorablement par les Français et l’éventualité d’une réélection se profile. Il leur reste donc peut-être quelques années à vivre.

Édouard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s