Isabelle, l’après-midi

Edouard le 06/09/2020

Au milieu des années 70, Samuel, un jeune américain de passage à Paris rencontre Isabelle. Elle est mariée et a 16 ans de plus que lui et ils vont vivre une passion singulière…jusqu’à ce que la mort les sépare.

Très intrigué par la critique de Guy, je me suis procuré l’ouvrage. Moi aussi il m’arrive de lire de temps en temps des bouquins de Douglas Kennedy. J’avais bien aimé « la femme du Vème » et j’en avais lu un autre avant dont j’ai oublié le titre. Ce n’est pas un très grand écrivain. Ou alors, il est mal traduit. Peut-être les deux. Les femmes y sont souvent folles et effrayantes. L’écrivain aime beaucoup Paris, mais je trouve que le Paris de carte postale pour Américains qu’il décrit, fait très « cliché ». Enfin, ça se laisse lire.

Il y est question d’un temps qu’il n’est possible de comprendre qu’avec l’âge. Bien plus qu’un ouvrage sur la relation entre Sam et Isabelle, « Isabelle l’après- midi » conte l’histoire d’une vie amoureuse, celle de Sam en l’occurrence et accessoirement celle d’Isabelle.

Si la vie amoureuse de certains est linéaire (« rencontre- mariage- enfants- éducation des enfants- mariage des enfants- petits-enfants… ») comme dans la chanson « quatre murs et un toit » de Benabar, elle l’est beaucoup moins pour Samuel.

Comme toujours, le hasard et les circonstances tiennent une part prédominante et tissent l’univers affectif de Samuel. Tous ses liens immatériels qui se créent on ne sait comment s’accumulent au cours des années pour former un patchwork hétéroclite. On a l’impression qu’il n’a aucun libre arbitre et qu’il se laisse passivement mener par les événements, ce qui rend son personnage très insipide.

Les choses sont différentes pour Isabelle. La vie linéaire, elle là, mais elle ne la satisfait pas. Toutefois, par lâcheté comme elle l’avouera, elle ne se résoudra jamais à abandonner la situation sociale et le confort que lui apporte son mariage. C’est peut-être là qu’ils se rencontrent, dans la frustration qui accompagne nécessairement toute relation amoureuse. Lui rêve de la vie linéaire qu’elle ne supporte plus.

Leur relation restera dans l’ombre jusqu’au bout et Samuel gardera le statut de l’amant dans le placard. Il n’en reste pas moins que le lien les unissant ne cessera de se renforcer. Une liaison aussi difficile à qualifier d’amoureuse qu’amicale. Quelque chose de particulier, d’indéfinissable, d’inclassable, comme le sont en définitive toutes les relations amoureuses.

Guy le 20/08/2020

Depuis une vingtaine d’années, je lis de loin en loin un livre de Douglas Kennedy.
Le premier (la poursuite du bonheur) m’avait emballé.
D’autres un peu moins.

Isabelle fait désormais partie de mon trio de tête.
Sans doute qu’à l’approche de mes 80 ans je reste un indécrottable romantique.

Sam, 20 ans, réalise son rêve: séjourner à Paris avant de commencer ses études de droit à Harvard.
Nous sommes au début des années 70.
Pas encore de tablettes, pas d’Internet, pas de smartphones, pas d’ordinateurs.
Il rencontre Isabelle, qui a 16 ans de plus que lui.
Pour lui, c’est l’amour total. Pour elle, c’est au départ une récréation.
Elle est mariée, avec un homme fortuné qui la trompe sans vergogne.
Avec Sam, la règle est claire pour elle: deux fois par semaine 2 heures de passion commune.
Rapidement, Sam n’en peut plus, et il retourne aux États-Unis.
Il va y parcourir le cursus classique: études, mariage, paternité.
Mais…

Comme dans ses autres livres, l’ami Douglas mène son lecteur par le bout du nez.
Sur un scénario somme toute classique, tel le petit Poucet il sème les coups de théâtre.
Oui, par moments, je me suis exclamé: mais ce n’est pas possible.

Une histoire drôlement bien ficelée, qui change un peu du climat de violence de nombreux livres actuels. Bien sûr, ce n’est pas le chef d’oeuvre du siècle.

Mais il fait passer un bon moment avec ce qu’il faut d’érotisme, d’émotions, et de questions existentielles.

Dernières phrases du livre:

« L’espoir, inépuisable. Était-ce possible? Pourrions-nous trouver le moyen de nous rendre heureux?

Et nous prouver , par la même occasion, que nous ne sommes pas seuls dans les ténèbres…?
C’est ce que nous cherchons tous.
N’est-ce pas? »

A vous de deviner si Isabelle fait partie de ce scénario.

Amitiés intercontinentales,

Douglas Kennedy – Belfond

Une réflexion sur “Isabelle, l’après-midi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s