La disparition du paysage

Il y a ceux qui ont besoin de 500 pages ou plus pour marteler leur message.
Il y a les rares écrivains qui possèdent le talent rare de la concision.
Le narrateur vit – si l’on peut dire – depuis plusieurs mois dans un appartement à Ostende.
De sa fenêtre, il jouit d’une vue imprenable sur le toit du casino.
Sa mémoire l’a quitté, il ne se rappelle pas dans quelles circonstances.
Peut-être a-t-il été blessé dans un attentat. L’explication est donnée à la page 29.
Sa vie végétative change lorsque des travaux sont entamés sur le toit.
C’est court, intense, aussi minimaliste que prenant.
Si vous ne connaissez pas Jean-Philippe Toussaint, je ne peux que vous conseiller
de le découvrir.

Amitiés – hé oui – maritimes.

Guy

Jean-Philippe Toussaint – La Disparition du paysage – Éd. de Minuit – 47 pages.

Spilliaert

L’un des innombrables effets pervers du coronavirus a été l’annulation de l’exposition
Spilliaert programmée en 2020 au Musée d’Orsay à Paris.
C’est bien regrettable parce que ce peintre qui a passé une bonne partielle sa vie à Ostende
est peu connu en dehors de la Belgique.
Eva Bester remédie un peu à cette annulation en rendant un hommage appuyé à celui qu’elle
appelle son frère de  noir. Elle écrit: ‘ce qui nous différencie, c’est qu’il a du talent, une oeuvre
et une moustache’. Les images de ce petit bijou sont bien choisies, la présentation soignée,
et le prix fort modeste. James Ensor et Constant Permeke sont deux autres représentants
de la peinture ostendaise. Spilliaert reste mon préféré.

Guy

Léon Spilliaert, Œuvre au noir – Eva Bester – Éd. Autrement – 109 pages.