Ô DINGOS, Ô CHATEAUX !

Un architecte raté et néanmoins chanceux organise le faux enlèvement de son neveu en employant une nurse un peu fêlée, à sa sortie d’un hôpital psychiatrique.

Après « le petit bleu de la côte ouest », il y a deux ans et « la position du tireur couché » l’année dernière, Tardi collabore pour la troisième fois avec Jean-Patrick Manchette.

Un album par an ? Peut être que le créateur d’Adèle Blanc-Sec n’a pas besoin de plus pour gagner sa vie. Le dessinateur qui me fascina il y a 17 ans avec « tous des monstres » serait-il devenu un papy du dessin français, un peu comme Sempé ? Un cadeau de Noël type ? Je suis tenté de le croire.

« ô dingos, ô châteaux » est le moins bien des trois volets. Côté scénario, une petite intro nous informe qu’il s’agit du premier roman de Manchette. Effectivement, le scénario est nettement moins bien celui des deux albums précédents. On y trouve toutefois les thèmes chers à l’écrivain qui révolutionneront le roman noir français : l’humanisation des tueurs derrière lesquels se cachent les vraies ordures, le poids écrasant du déterminisme social, la tendresse des fous…mais à un état encore embryonnaire.

La première partie de la dégustation de mon Tardi annuel fut donc un peu décevante.
Toutefois, la réelle déception n’arriva que dans un deuxième temps lorsque, laissant tomber le scénario, je me suis concentré sur le graphisme. Aucune innovation. Les plans et les personnages m’ont semblé dramatiquement familiers. Ce cocker en pierre, on le voyait pas déjà dans « casse-pipe à la nation » ? Ce tueur, n’est-ce pas Brindavoine ? La nurse, n’est-ce pas l’héroïne de « la débauche » ? L’espèce de No man’s land biscornu me fait penser à « jeux pour mourir ». Le gamin…je sais plus où je l’ai vu, mais il me dit quelque chose. En voyant les cheveux colorisés des héros sur la couverture, j’avais espéré une nouveauté graphique, mais je resterai sur ma faim.

Suis-je trop vieux ? Ai-je trop mangé de Tardi ? Certainement. Je ne peux qu’encourager ceux qui ne connaissent pas encore ce dessinateur extraordinaire à le découvrir. Pour les fans…

Finalement, peut-être que l’imperfection du scénario à un côté vintage qui fait revivre les imperfections foutraques des premiers albums. Je vais le relire une troisième fois…

Ô dingos, ô châteaux
Manchette-Tardi
2011

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Le comte de Monte-Kindle

Saint Nicolas m’a apporté une tablette de lecture Kindle, et je me suis empressé de faire un essai avec l’histoire d’Edmond Dantès, téléchargée sur le site http://www.ebooksgratuits.com(chaudement recommandé: des centaines d’œuvres classiques libres de droits, donc légalement téléchargeables).
Le positif: encombrement réduit, facilité d’emploi enfantine, disponibilité en tout lieu (même dans un bain – attention à l’immersion du gadget).
Le négatif: importance d’un bon éclairage extérieur (pas de lecture clandestine sous les couvertures), caractères plutôt petits, retours en arrière demandant une dextérité de pianiste, absence de l’odeur et du contact du papier, difficulté de prendre des notes au vol.
Bilan légèrement positif, donc. Mais je ne crois pas que la tablette deviendra mon mode de lecture favori.
Selon mon expérience, la lecture sur écran est plus fatigante que sur le papier.
Que vivent donc les bons vieux livres, compagnons irremplaçables.
Belle fin d’année à tous.

Guy

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.