Ecriture et méthode

Comment fait un écrivain pour écrire un livre ? Voilà une question que je n’ai pas osé me poser pendant très longtemps. Sans doute voulais-je me persuader que l’écrivain était un être supérieur. Un être inspiré à la chevelure romantique, un peu comme Dominique de Villepin.
Je pensais donc que cet être supérieur doté de super pouvoirs écrivait tout d’un trait à la seule force de ses petits neurones musclés. Peut être y en a-t-il vraiment comme ça, mais j’en doute. Peut être est ce le rêve de tout écrivain d’y arriver et c’est vrai qu’avec le temps, on doit s’améliorer.
Muni de mon idée de roman, je m’étais donc prêté à l’exercice pendant de nombreuses années sans beaucoup de succès. Au-delà d’une dizaine de pages, je calais toujours pitoyablement. Je tirais de ces échecs répétés deux conclusions :
– Si je n’y arrive pas, c’est bien parce que je n’ai pas l’étoffe d’un écrivain ;
– Peut-être qu’avec le temps…mais j’en doute.
Tout aurait donc pu en rester là et mon aventure romanesque n’aurait alors jamais vu le jour. Cependant, le destin décida de me donner un coup de pouce et c’est comme ça que je suis tombé un beau jour de juin 2008 sur une pub internet pour un logiciel « j’écris un roman ». Estimant que 40€ était une somme raisonnable pour réaliser mon rêve, je fis l’acquisition du CD-ROM.
Quelle ne fut pas ma stupéfaction en le recevant : il y aurait donc une méthode !? Comme en prestidigitation, il y aurait un truc. Ça alors, je ne m’étais jamais imaginé…
J’entrepris donc de suivre scrupuleusement la méthode un peu comme quand j’étais petit avec les vaisseaux spatiaux lego: je respectais la notice avec d’autant plus d’attention que je ne comprenais pas trop où ils voulaient en venir.
Il y avait quelques trucs de base auxquels je n’avais jamais pensé et sans lesquels il est effectivement difficile de progresser. Cependant, le logiciel a rapidement atteint ses limites : si on se contentait de le suivre point par point, il ne fallait pas espérer écrire un jour plus qu’une version à peine améliorée du « petit chaperon rouge ». Le titre du logiciel aurait dû être « quelques pistes pour construire une intrigue ». Il est vrai que c’est moins vendeur.
Il fallait donc trouver ma propre méthode et le travail sur la méthode a accompagné toute la phase de rédaction de mon premier roman.
J’aborde maintenant le deuxième par la case « méthode » et cela va me faire gagner beaucoup de temps.
Sans doute celle-ci s’améliorera-t-elle encore avec les suivants et peut être même qu’un jour, j’oublierai moi-même que j’ai une méthode et je pourrai dire en toute bonne foi « bien entendu que j’écris mes romans d’une traite ». Quelle est ma méthode ? Je ne vous le dirais pas et quand bien même j’en délivrerais les secrets, il est peu probable qu’elle vous convienne. À chacun de trouver la sienne.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s