Alice

Une voix nouvelle dans la littérature allemande.
Cinq nouvelles autour du thème de la mort. Avec des moyens d’une simplicité émouvante, Judith Hermann arrive à saisir le côté irrémédiable de ces départs, prévisibles et pourtant chaque fois différents. La vie quotidienne prend une autre tonalité, la vie continue, on ne pleure pas, on subit, on survit.
Un envoûtement en mineur. Une petite musique qui ne s’oublie pas.
Amitiés endeuillées,
Guy
Judith Hermann – Albin Michel – 180 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s