Le médecin de famille

1960, Argentine, Josef Mengele, qui continue à exercer sous un faux nom, repère Lilith, une fillette de 12 ans qui en paraît 9, étant victime d’un arrêt de croissance.

Film bouleversant à plusieurs égards. L’année tout d’abord. 16 ans se sont écoulés depuis la fin de la guerre et pourtant, contrairement à ce que laissait espérer le titre de la BD de Calvo et Dancette publiée en 44, on réalise que la « bête » n’est pas morte. Au-delà du personnage de Mengele, ce qui fait froid dans le dos, c’est ce qu’on perçoit de la colonie nazie reconstituée. Certes ce n’est plus la bête triomphante de 1940, mais elle remue toujours, même en dehors de son espace vital. C’est une bête condamnée à vivre dans la clandestinité, traquée par les agents du Mossad qui continue à diffuser son venin.

Mengele propose un traitement par hormones de croissance aux parents de la petite fille. Le père refuse, mais la mère finit par accepter. À l’époque, l’endocrinologie était à ses balbutiements. La passion du médecin pour la génétique s’ancre dans l’idéologie du surhomme, dans la recherche de l’homme parfait. Rien n’est dit sur l’origine des flacons contenant le liquide laiteux injecté dans le ventre de Lilith. On ne sait pas qui les a envoyés ni comment ce liquide est fabriqué. Ce qu’on sait seulement, c’est qu’il avait effectué ses expériences sur des bœufs et que jusqu’au milieu des années 80, les hormones humaines étaient prélevées sur des cadavres.

On aborde ici le second aspect bouleversant du film qui touche à la question du progrès scientifique. Jusqu’où peut-on aller ? Quelles limites ? La science de Mengele n’a pas de conscience, n’a pas de limite. Ce n’est pas tant un sadique qui jouit de la souffrance de ses patients qu’un scientifique passionné qui considère qu’aucune limite ne doit entraver sa marche, que la vie humaine n’est rien comparée à la quête du surhomme. On aborde souvent le nazisme sous l’angle de la cruauté qui n’est pas la même chose que l’égarement idéologique. Certes, les deux sont liés, on peut être cruel et s’égarer idéologiquement; on peut être cruel sans s’égarer idéologiquement; mais on peut aussi ne pas être particulièrement cruel et être tellement aveuglé que l’on commet des monstruosités sans même en avoir conscience. Je pense que Mengele devait être un peu comme ça. D’ailleurs, il est très gentil avec Lilith qui est complètement fascinée par le personnage. Je me suis interrogé sur le prénom. Y a-t-il un lien à faire avec la première femme d’Adam ? Si je rencontre un rabbin, je ne manquerai pas de lui poser la question.

Bref, les nazis n’étaient pas des surhommes…ce qui les rend encore plus effrayants.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Comme les amours

Tous les matins, une éditrice madrilène consomme son petit déjeuner dans un café, et tous les matins elle observe un couple qui la fascine par sa complicité et par sa joie de vivre. Jamais elle ne leur adressera la parole.
Après ses vacances, le couple ne reparaît plus.
Elle apprendra par hasard que l’homme a été assassiné de plusieurs coups de couteau par un déséquilibré.
Elle décide d’entrer en contact avec la veuve, et elle rencontrera le meilleur ami de l’homme décédé.
L’histoire fascine comme la narratrice est fascinée par cette image du bonheur d’abord vécu, puis brutalement interrompu. L’auteur emploie une langue très riche, et des phrases qui pourraient évoquer Proust.
À de nombreuses reprises, je me suis trouvé perdu au milieu d’une phrase, avec des idées d’école buissonnière.
Un livre fort littéraire, dans le sens plutôt péjoratif du mot: très beau et très rasoir.
Javier Marias écrit des tragédies (références nombreuses à Shakespeare).
Il est aussi supporter du Real Madrid, donc pas totalement inintéressant.
Amitiés tragiques,
Guy
Javier Marias – Gallimard – 373 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.