Lyon

Des visiteurs de ce blog, en voyant une rubrique Paris et une rubrique Europe, pourraient se demander où je situe la France ou en conclure qu’en bon parisien, je ne considère que tout ce qui est français et hors Paris n’est pas digne d’intérêt. Il n’en est rien, si j’habite Paris depuis plus de 10 ans et si j’aime beaucoup la capitale, il m’arrive aussi de me rendre dans d’autres villes de l’hexagone. L’objet de ce billet est donc de rectifier le tir et d’inaugurer la rubrique « France ».

De mon premier passage à Lyon il y a une quinzaine d’années, je n’ai plus qu’un très vague souvenir : la devanture d’une boutique de tatouage non loin du métro Croix-Paquet, dans le quartier de la Croix-Rousse, le long d’une montée immortalisée par Tardi dans son adaptation du polar de Leo Malet « 120 rue de la gare ».

De mon second passage à Lyon il y a environ 8 ans, je me souviens des vélos, des traboules et des ponts enjambant alternativement la Saône et le Rhône. J’ai aussi gardé de ce second passage une impression de richesse et d’opulence, quelque chose de très bourgeois, un sentiment vaguement chabrolien.

Ce sentiment m’a poursuivi jusqu’à mon dernier passage qui a été l’occasion d’y voir un peu plus clair. J’ai un peu lu sur Lyon : Sainte-Blandine, les canuts, les sociétés secrètes, les frères Lumière…histoire de ne pas arriver la tête vide.

Ce qui m’aura marqué, cette fois-ci, c’est la basilique Notre-Dame de Fourvière et l’institut Lumière. Quel rapport entre les créateurs du cinématographe et cet énorme édifice néo-byzantin qui surplombe la ville comme une excroissance graisseuse et que certains comparent à un éléphant allongé sur le dos ? L’époque bien sûre, une même époque qui a changé la face de la société : la révolution industrielle.

Érigée entre 1872 et 1896, en plein délire germanophobe, la construction témoigne de la prospérité de la ville à l’époque. A noter aussi que la gigantesque statue de la place des Terreaux, commandée initialement par Bordeaux a finalement été achetée par Lyon en 1892, les bordelais n’ayant pas réussi à réunir les fonds nécessaires à son acquisition.

La révolution industrielle, c’est aussi la révolution des esprits. Avec la photographie, la représentation visuelle n’est plus l’apanage des artistes et se popularise. Sur l’emplacement de l’institut lumière, fleurissaient alors les usines Lumière qui produisaient des plaques photographiques vierges à usage domestique. Ne subsiste que la grande maison très art nouveau dans laquelle vivaient les patrons et où est né le cinématographe, inspiré du kinétoscope d’Edison et du théâtre optique de Reynaud.

Le XIXe à Lyon, ce sera enfin les révoltes des canuts et la naissance d’une identité ouvrière qui inspirera les premiers penseurs du communisme. Je n’ai pas eu le temps…la prochaine fois, je retournerai à la Croix-Rousse pour pister les canuts.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s