Un roman pour quoi faire ?

Les fidèles de la première heure de ce blog se souviendront qu’il accompagnait à ses débuts la finalisation d’un premier roman. Ce dernier avait été envoyé à quelques éditeurs sans que cela aboutisse sur un contrat d’édition. Et puis, depuis novembre 2012, plus aucune référence au roman sur le blog. Il n’a pourtant pas disparu. Il est aujourd’hui bien au chaud au fond de mon disque dur. Il me gratte toujours un peu comme le scotch du capitaine Haddock, mais pas trop. Aujourd’hui, il semble y avoir mille et une façons de publier un roman à côté de l’édition traditionnelle alors, je me suis dit, pourquoi pas ?
Mais avant de le faire partir, je voulais tout de même y jeter un coup d’œil. En dépit des nombreux et judicieux conseils effectués à l’époque par mes relecteurs, il s’est avéré qu’il y avait encore beaucoup de nœuds, beaucoup de gras, beaucoup de fausses notes : des phrases mal écrites, des personnages qui ne servent à rien, des digressions inutiles… voire naïves. Il faut dire qu’à l’époque, j’avais le fantasme des 56 000 mots. Je pensais qu’un roman digne de ce nom devait faire 56 000 mots au moins. Alors, sans trop me forcer, j’étais fièrement arrivé à 57 000 mots.
Maintenant, je vois les choses autrement, un petit peu de gras, mais pas trop pour faire ressortir le muscle, la recherche d’une harmonie dans les scènes et chapitres, un objectif précis à atteindre. Pour ce dernier point, je me suis enfin résolu à faire ce à quoi je m’étais toujours refusé : un synopsis. C’est vrai que ça change tout, ça nous oblige à aller vers l’essentiel. Bref, pour lui dégager la nuque et les oreilles, j’ai retiré 18 000 mots. Shortédition considère qu’une nouvelle doit faire moins de 30 000 signes. Comme j’en ai 232 348, je considère que c’est toujours un roman.
Et maintenant, quoi faire avec ? Le publier en épisode sur mon Blog ? Bon, il y a tout de même des problèmes de droits. C’est pas que je donne beaucoup d’importance au fric, mais tout de même, je ne veux pas me le faire piquer. Sur Amazon…mouais, c’était un peu mon idée, mais maintenant que j’ai passé du temps à le toiletter, je suis plus trop motivé. Repartir à la chasse aux éditeurs ? Cela me semble la voie la mieux indiquée. Le point positif, c’est que comme l’intrigue se déroule en 1901, il y a peu de chance qu’il se démode. Il est déjà démodé.
Je n’ai plus le fantasme du papier, des plateaux télé, des interviews de star. Je n’aurai jamais une production romanesque industrielle. Peut être que je n’ai pas la compétence, mais en tout cas, j’ai pas envie. L’aspect financier sera toujours secondaire. Sauf miracle, je ne vivrai jamais de l’écriture. Ce qui me ferait kiffer par contre, serait de le voir adapté au ciné, à la télé, en BD, au théâtre… La BD, travailler avec un dessinateur, ça me ferait vraiment plaisir.
Bon, mais pour en arriver là, encore faudrait-il trouver le dessinateur, le réalisateur, le producteur…et donc, le faire connaître. Et pour le faire connaître, il faut le diffuser, le publier, l’éditer. Je me mords la queue là. Non ?
Chercher donc, se renseigner, trouver le bon moment, la bonne fenêtre de tir, ne pas se précipiter et trouver…ou pas.

Édouard

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s