Minuit à Paris

Un jeune couple d’Américains passe ses vacances à Paris. Lui tente de terminer son premier roman et espère que l’air de la ville lui apportera l’inspiration qui lui fait cruellement défaut. Elle, accompagnée de ses parents, ne pense qu’aux préparatifs de leur mariage. Elle se plonge dans les guides touristiques. Lui se plonge dans le Paris des arts et des lettres des années 20.

Difficile de classer « minuit à Paris » dans la filmographie de Woody Allen. Les codes habituels du cinéaste y sont à peine esquissés et s’effacent derrière l’acteur principal du film : Paris. Woody ne semble plus se soucier de vraisemblance et de cohérence. Tout n’est que rêve, les individus se croisent comme par magie et leur rôle exact dans l’intrigue est imprécis. Le personnage joué par Carla Bruni est à cet effet caractéristique. Guide ? Traductrice ? C’est un « passeur », un « pont » qui permet de faire le lien entre les deux rives de l’atlantique, entre deux univers culturels.

Pour classer « minuit à Paris », il faut peut être rechercher du côté d’Owen Wilson qui campe le rôle du fiancé écrivain. Ce personnage un peu fade ne serait-il pas à rapprocher de celui incarné par « Mia Farrow » dans « la rose pourpre du Caire » ? Dès lors, « minuit à Paris » ne serait-il pas une sorte de « rose pourpre du Caire » inversée ? Le rapprochement est séduisant. Alors que dans le film tourné en 85, l’acteur sortait de l’écran pour se confronter à la vraie vie, le spectateur quitte aujourd’hui le monde réel pour s’engouffrer dans un imaginaire fantasmé.

Mais peut-être est-il vain de vouloir classer « minuit à Paris » dans la filmographie de l’auteur. Peut être faut il se laisser emporter par la vision onirique de Woody Allen qui nous présente un Paris pas vraiment réel, un Paris de carte postale, le Paris qu’il aime et qu’il veut nous faire aimer.

Bref, un film évanescent, plein de charme et difficile à décrypter.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

2 réflexions sur “Minuit à Paris

  1. Pierre 6 juin 2011 / 13 h 03 min

    Je ne trouve pas ce film si dur à situer dans la filmographie de Woody Allen : j’y retrouve le cinéaste de la Rose pourpre, bien sûr, mais aussi celui de i Love You ou de Coups de feu sur Broadway.
    Le film est très plaisant, mais quel dommage que la relation avec les personnages historiques ne soient pas creusés et que Woody se contente de les aligner paresseusement les uns après les autres (qques poncifs d’Hemingway, un Picasso transparent, des Fitzgerals bonjour/bonsoir…). La scène du Rhinocéros avec Man Ray, Bunuel et l’excellent Brody/Dali nous laisse imaginer ce qu’aurait pu donner le film si Woody s’était laissé aller à incarner ces figures avec sa veine malicieuse, et à en faire de véritables personnages de fiction plutôt qu’une armée de figurants recrutés chez Mme Tussaud.

    J'aime

  2. Herve Leger 29 juin 2011 / 10 h 10 min

    Extraordinary your writings looks. I love your unique thought plus form which is very effective to me on the career along with daily life. Therefore say thanks to you for your posting, my recognize to read your posts.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s