Les patients de Freud

Sigmund Freud et la psychanalyse ont leurs thuriféraires.
Ils ont aussi leurs iconoclastes, tel l’auteur de ce livre, également corédacteur du Livre noir de la psychanalyse.
Cette plongée dans le début du 20e siècle est assez passionnante du point de vue historique. La fin de l’empire austro-hongrois, qui mena à la Première Guerre mondiale, est la toile de fond des débuts de cette nouvelle méthode de prise en charge.
Freud, personnage autoritaire et fort peu sympathique, n’a pas hésité à déformer les faits afin de démontrer ses théories dans des livres par ailleurs fondateurs.
On rencontre ici « Dora », « L’homme aux rats », « Le petit Hans », L’homme aux loups », « Anna O. », tous bien connus des lecteurs de Freud. Celui-ci n’hésitait pas à s’attaquer à de très lourdes pathologies psychiatriques. Plutôt ‘money minded’, il se faisait payer très grassement par ses patients, pour la plupart richissimes. Plus grave, il ne reculait pas devant le rôle de directeur de conscience. Il autorisait ou refusait des mariages, interdisait la masturbation, arrêtait les cures en fonction de ses sacro-saintes vacances d’été…
Anna Freud fut analysée par son père. Conséquence: une vie de célibataire, toute à la dévotion de Papa. Consternant.
Amitiés subversives,

Guy.
Les patients de Freud
Mikkel Broch-Jacosen
Ed. Sciences Humaines – 220 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s