L’oiseau de mauvais augure

La jeune Camilla Lackberg (1974) surfe allègrement sur la vague des auteurs scandinaves à succès. Cette histoire de tueur en série ne m’a pas convaincu. Les chapitres sont saucissonnés entre les divers personnages.
Ce qui donne des effets du style: il tend la main vers son téléphone… et il faut attendre 10 pages avant de connaître l’interlocuteur. Ou bien: on ouvre un sac avec des pièces à conviction, on y trouve ce que l’on cherchait, mais le lecteur a droit à un long interlude avant la révélation de l’objet.
Dans une petite ville suédoise, on prépare une émission de téléréalité. L’émission sera pimentée par l’un ou l’autre crime, et les coupables sont… J’avoue humblement ne jamais avoir regardé ce genre de cornichonneries télévisées, et ce n’est pas ce livre qui m’en donnera l’envie. Le message de l’auteur: « voyez la stupidité des participants » m’a semblé
parfaitement superfétatoire. L’héroïne récurrente de la série, Erica Falck, prépare son mariage avec un policier, ce qui donne lieu à des scènes particulièrement éprouvantes pour le lecteur.
Amitiés conjugales,
Guy
Camilla Läckberg
Actes noir
363 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.