La femme de l’ombre

1943, à Reykjavik, les cadavres d’un noyé et d’un homme sauvagement exécuté sont retrouvés par la police alors même que de jeunes femmes disparaissent.
Deuxième volet de la saga des ombres, plus « roman noir » que le premier, la notion de justice est plus nuancée. Quand l’histoire et la politique s’en mêlent apparaissent des condamnés qui auraient mérité de ne pas l’être et des salopards qui passent entre les mailles. On retrouve les deux enquêteurs, le militaire Thorson et le flic Flovent. Il est toujours questions des frictions entre islandais et américain, mais cela atteint des proportions plus dramatiques que dans le premier volume. Mêmes histoires d’Islandaises « dans la situation », c’est-à-dire en couple avec des soldats anglais et américains.
Pas beaucoup de référence à l’évolution du conflit mondial et en particulier à la bataille de Stalingrad de 1942 qui sera pourtant un tournant majeur. On sent que le conflit est loin et que l’Islande est surtout alors une base avancée pour les Américains et une base arrière pour les Anglais. On parle des Allemands comme une menace fantôme. L’idéologie nazie est présente, mais presque effacée, à travers l’évocation, comme dans le premier volume de la société Thulé. Je n’en avais jamais entendu parler et j’invite vivement les lecteurs de cette critique à aller lire l’article de Wikipédia. Cette société, créée en 1918, soutenait un certain nombre de thèses sur les Aryens, l’antisémitisme et la supériorité de la race nordique qui seront reprises par les nazis. Toutefois, l’approche de Thulé était beaucoup plus occultiste et ésotérique. Le lien entre Thulé et le nazisme divise encore aujourd’hui les historiens, mais à souvent était utilisée par les romanciers et cinéastes pour donner un visage démoniaque au nazisme, en particulier dans la BD Hellboy et dans son adaptation cinématographique réalisée par Guillermo Del Toro. Alors que la société Thulé faisait encore rêver quelques vétérans islandais, désireux de voir leur peuple comme le dernier vestige de la race aryenne ancestrale, leurs enfants et petits enfants adhéreront plutôt aux thèses nazies.
Encore une fois, l’idéologie nazie apparaît plus comme la cristallisation des peurs et des croyances de l’époque que comme l’invention d’un génie du mal hypnotisant les foules comme le docteur Mabuse de Fritz Lang.
Encore un portrait de femme bien travaillé, celui d’une femme ordinaire, prise dans la tourmente de la passion et de l’histoire, le genre de personnage pour tragédies grecques. Évocation aussi de l’homosexualité, vivement réprimée à l’époque et contrainte à la clandestinité.
Bref, l’ordre de lecture des deux premiers volumes n’a aucune importance, il s’agit de variantes autour de thématiques semblables. J’attends bien entendu le troisième et dernier volet « passage des ombres » que je devrais pouvoir me procurer le 3 mai (cf. site de la FNAC).
À SUIVRE…

Édouard

Arnaldur Indridason

2017
Métailié

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s