La croix et le croissant

Le choc des civilisations a-t -il eut lieu ? Je parle de la rencontre entre l’islam et la chrétienté, la toute première, celle des origines. J’avais été séduit par le quatrième de couverture et c’est dans l’espoir d’y voir plus clair que j’ai fait l’acquisition de l’ouvrage. Le résultat est mitigé.

Plus qu’un roman historique, je dirais que c’est un livre d’histoire écrit de manière romanesque. Cette forme plaisante au démarrage s’essouffle au bout d’un moment et j’ai eu l’impression qu’il reprenait toujours les mêmes schémas. Elle dégage au final une impression de décrépitude qui est très déplaisante.

La contextualisation historique reste cependant intéressante. La sortie des musulmans de la péninsule arabique correspond à un contexte très particulier pour la chrétienté.

À l’Est, les deux grandes puissances impérialistes qu’étaient la Perse et l’Empire romain d’Orient s’essoufflaient. L’auteur évoque rapidement cette émergence de hordes guerrières issues d’un territoire d’où personne n’aurait pu imaginer voir sortir autre chose que deux Bédouins et trois dromadaires. On se plaît à imaginer la stupeur des quelques guetteurs byzantins du haut de leurs tours, habitués à l’ennui et à scruter en vain le désert depuis des décennies.

À l’Ouest, et en particulier dans le royaume des Francs puisque c’est surtout de celui-ci dont il est question, la dynastie mérovingienne s’essouffle également. Les Pépinides, une dynastie de maires du palais attend son heure en tissant la légende des rois fainéants afin d’accélérer l’agonie des Mérovingiens. Charles Martel qui en est issu et qui fondera la dynastie carolingienne s’illustrera à Poitiers en arrêtant la progression arabe. Ces derniers auront sans doute ainsi contribué involontairement à accélérer l’ascension des Carolingiens.

Pour François Taillandier, le fameux choc de 732 n’a rien eu de spectaculaire. Charles Martel y a affronté une armée qui, après avoir traversé l’Afrique du Nord d’est en ouest et remonté la péninsule ibérique, n’était peut-être plus que l’ombre d’elle-même en arrivant à Poitiers.

Bon, voilà, c’est indéniablement intéressant tout ça, mais il m’est resté un goût de cendre, une frustration et d’inachevé, quelque chose qui aurait dû être écrit et qui a été oublié, ou qu’on n’a pas voulu écrire, sans que je puisse dire précisément de quoi il s’agit. C’est possible aussi que la mouture initiale ait été très retravaillée pour pouvoir satisfaire les exigences de l’éditeur et qu’il n’en reste qu’un très vague parfum donnant une allure étrange à l’ensemble.

Une lecture édifiante et importante donc, pour tous ceux qui veulent avoir des repères historiques, mais qui m’a déçue.

Édouard

La croix et le croissant

François Taillandier

Éditions Mon Poche

2019

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s