Polarama

Un auteur raté dans le porno et les fantômes, Bloch, va voir un prisonnier, Darian Clay qui n’a plus que 88 jours à vivre. Le « monstre » lui demande d’écrire des histoires pornos pour sa « satisfaction personnelle » et en échange il lui racontera sa vie qu’il pourra faire éditer après son exécution.
C’est en gros ce que j’ai cru comprendre de la 4e de couverture.
Le Bloch paraît sympathique par sa maladresse et sa naïveté. Il pratique l’autodérision, nous prévient qu’il veut écrire de façon à attirer notre attention. Dès le début, il nous dit que la première et la dernière phrase sont les plus importantes. Après avoir lu le début, encore faut-il avoir le courage, l’abnégation, de lire la suite jusqu’à la dernière phrase.
Je me suis dégonflée à la 102e page (quand mémeu !) ne voyant aucun intérêt à son volubile verbiage.
C’était supposé être un « polar satirique (Mouais !), un thrilleur flippé (certes !) et une enquête littéraire. (Ouille ! La prétention !) »
La Martine bêtifiée
GORDON David
Acte Sud, 2013 (2010), 405 p.

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s