Gustave Doré : l’imaginaire au pouvoir

Gustave Doré ? Ah oui, celui qui illustrait le gros livre des fables de La Fontaine que je lisais avec mon grand-père quand j’étais petit. Pas mal, mais…un peu académique peut être, un peu premier degré.

Ce n’est qu’en me rendant à la magnifique exposition qui se tient au musée d’Orsay jusqu’au 11 mai que j’ai réalisé que 200 ans séparaient l’auteur des fables de l’illustrateur.

Caricaturiste à ses débuts, Doré a été aussi un artiste engagé qui a dépeint l’Europe de son temps, la misère londonienne, une Espagne un peu fantasmée, les déchirures de la France suite à la défaite de 1870, mais il est resté dans nos mémoires pour ces illustrations des grandes œuvres littéraires qui ont forgé la culture occidentale, à commencer par la bible.

Dante, Rabelais, Cervantès, Shakespeare, Tennyson, Milton, La Fontaine, Perrault…

Doré a créé des ponts visuels entre tous ces auteurs et a été un bâtisseur de la standardisation culturelle européenne.

Il se sentait rejeté par les cercles artistiques de son temps, ça ne m’étonne pas. Son trait été certes beau, mais très académique aussi, très imprégné de romantisme. Plus qu’un grand artiste qui bouleverse par sa vision du monde, je dirais qu’il a été un génial créateur de liant culturel, un grand bâtisseur de background représentatif, un grand unificateur de l’identité occidentale.

L’expo fait à juste titre le lien entre l’artiste et l’imaginaire cinématographique. Après Doré, Moïse à eu la même tête pour tout le monde…jusqu’à Cecil B. De Mille. Aujourd’hui, chacun sait que Moïse avait exactement la même tête que Charlton Heston. J’ai aussi pas mal pensé au seigneur des anneaux devant une illustration de la divine comédie montrant Dante et Virgile marchant sur un terrain marécageux au milieu de corps noyés et grimaçants.

Je dirais que, d’une certaine façon, Doré était un proto pop-artiste. Il a été aux années 1860 ce que sera Roy Lichtenstein aux 60’s.

L’œuvre est-elle là pour parler de l’artiste ou le créateur doit-il s’effacer derrière sa création ? De Proust à Truffaut, la question n’a cessé d’être débattue tout au long du XXe siècle et, il me semble, n’a pas trouvé de réponse définitive.

Quoi qu’il en soit, j’ai été très touché par les paysages qu’il peignait à la fin de sa vie, des paysages qui s’inscrivaient dans une autre veine artistique, très présente à l’époque chez les artistes allemands, et en particulier visible dans l’œuvre de Caspar David Friedrich (celui-ci est d’ailleurs cité dans l’un des panneaux). Comme si, au crépuscule de sa vie, Doré cherchait autre chose, une autre réalité, une certaine forme d’ «humanité » dans la nature. Une réalité qui aurait toujours été présente dans ses œuvres, qui n’avait jusque là qu’occupé le second plan et qu’il parvenait enfin à saisir : l’essentiel.

Edouard

Rejoignez Azimut sur Facebook en cliquant ici et soyez prévenu de toute nouvelle publication.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s