Halteaufake

« Qu’est-ce que la vérité ? » disait Pilate. Il y a 2000 ans, on se posait déjà la question, mais que dire maintenant avec Facebook ?
À la base, il y a une méfiance et un rejet pour tout ce qui est officiel, on a ses informations personnelles qui satisfont nos fantasmes, mais au final, on ne sait plus très bien ou on en est.
Pour ma part, j’ai confiance dans la presse écrite traditionnelle : Le Monde, Libération, le Figaro, La Croix, l’express, Le nouvel Obs…tout simplement parce qu’ils ne peuvent se le permettre, la concurrence attendant le moindre faux pas de l’autre pour pouvoir le dénoncer et lui voler des parts de marché. Ces médias possèdent bien entendu des sites et sont heureusement diffusés sur Facebook.
À côté, une multitude de news plus ou moins douteuse pullulent sur Facebook. Les Russes sont souvent montrés du doigt, il faut dire que le pays des « protocoles des sages de sion » à l’origine du complot juif mondial a du métier en matière de Fake.
À côté des sites dont tout le monde sait qu’ils sont faux, mais qui prétendent détenir de vraies informations (les moutons rebelles, nouvel ordre mondial, Spoutnik…), on trouve des sites satiriques qui revendiquent l’absence de vérité des informations qu’ils diffusent ( Le Gorafi, Nordpresse…).
Face à cette multitude d’informations, les comportements sont divers. Alors que certains, perdus, ne pensent pas à regarder l’origine des posts, d’autres privilégient les posts qui correspondent à ce qu’ils ont envie de penser en se gardant bien d’insister sur l’origine de la source.
Et puis, on trouve enfin les bricoleurs de fakes car en définitive, tout le monde tente d’influencer tout le monde sur Facebook. La semaine dernière, au sujet de la controverse sur la couverture du magazine M du monde, une personne indignée avait cru bon de diffuser un montage faisant apparaître Hitler à côté de Macron, laissant à penser que Le Monde assimilait Macron à Hitler, ce qui est heureusement faux même si on peut soupçonner le magazine d’avoir été un poil racoleur sur ce coup-là. Parmi les mille et une façons de bricoler un fake, il y a aussi la possibilité de diffuser une info tout ce qu’il y a de plus vraie, mais qui date de plusieurs mois, apparaissant ainsi comme un scoop.
Cette histoire de fake et la relativité du phénomène m’intéressent beaucoup. Aussi, pour celles et ceux qui se sentiraient perdus, j’ai créé un groupe Facebook « Halteaufake » permettant de les aider à dissocier le vrai du faux.
Quelques principes de base :
– Regarder la source en bas à gauche pour savoir s’il s’agit d’un média connu ;
– Cliquer pour voir si c’est un vrai lien ;
– Regarder la date du poste.
À très vite
Edouard

Un ami Facebook

Je ne peux pas dire qu’à la fac, c’était vraiment un ami. Cependant, son sourire, sa voix apaisante et son regard bienveillant me suffisaient pour dire « lui, il est sympa », sans que je le connaisse vraiment.
Et puis, on s’est retrouvé bien des années après sur Facebook je ne me souviens plus très bien comment.
En fait, c’est Daech qui nous a rapprochés. À partir des attentats de Charlie Hebdo, j’ai commencé à écrire pas mal d’articles sur l’islamisme et l’islam en général. Mohamed les likait et/ou les commentait. Au printemps, après avoir bien débattu sur « les djihadistes sont-ils musulmans ? », il m’a dit « en te lisant, je me dis que le dialogue est possible ». Alors on a décidé de se rencontrer en live pour dialoguer.
C’est comme ça qu’on s’est retrouvé deux mois plus tard au tournesol. Ne me dites pas que vous ne connaissez pas le tournesol. C’est pour moi le bar des bons souvenirs du côté d’Edgar Quinet dans le quartier Montparnasse. Je n’y vais plus beaucoup, mais à chaque fois, je sais qu’il sera le théâtre d’une rencontre dont je me souviendrai longtemps.
Mohamed n’avait pas beaucoup changé depuis la fac. Il avait fait le même DESS que moi l’année d’après alors des souvenirs en commun, on en avait. Il s’était marié et avait deux enfants.
Rapidement, on a comme prévu embrayé sur la religion. Moi et mon éducation catholique, lui et son éducation musulmane, c’était un moment fort. Mohamed n’était pas un djihadiste, on a pris chacun une pinte et il m’a avoué que ça lui arrivait de manger du porc. Il m’a dit aussi avoir pris conscience qu’il était musulman la première fois qu’on l’avait traité de sale arabe quand il était enfant. Ceci dit, il ne rejetait pas pour autant ses racines musulmanes et algériennes. C’était donc un moment fort, un moment où tout semble possible, où tu te persuades que les gesticulations de Deach n’étaient en fait qu’une mascarade aussi macabre que pitoyable et qu’il n’y a pas d’autre issue que le dialogue entre religions.
La semaine dernière, Mohamed a eu une crise cardiaque. C’est Leila, son épouse, qui l’a annoncé sur Facebook.
Bien sûr, j’ai été choqué, je me suis senti jeté à terre et j’ai même entendu mon inconscient me dire : « Le pot du tournesol, c’était un rêve, un mirage. C’est un truc qui n’existe pas dans la vraie vie. Les religions sont faites pour se combattre, pas pour se comprendre ».
Heureusement, je me suis relevé. Je sais qu’il y a d’autres porteurs de lumière dans le monde musulman. Nous ne pourrons plus débattre ensemble Mohamed, nous ne pourrons plus continuer à guerroyer contre l’obscurantisme, mais maintenant, je le ferai aussi un peu pour toi.

Édouard

Blog et bowling

Longtemps, je me suis demandé pourquoi la découverte du nord du Canada par Leif Erikson autour de l’an 1000 avait eu si peu de retentissement alors que la découverte de Christophe Colomb avait constitué une véritable révolution pour l’occident. J’ai fini par comprendre que l’Islande du Xe siècle n’était pas l’Espagne du XVe et que le succès d’une découverte n’était pas tant lié à la découverte elle-même qu’au sens que lui donne la société au sein de laquelle elle est mise à jour.
Mon hébergeur, Lemonde, ne me permet pas de gagner de l’argent avec mon blog et pour tout dire, je n’en éprouve pas le besoin (j’ai un vrai travail). Dès lors, mon plaisir de blogueur est de participer au débat public et bien entendu, de voir que mes articles sont likés, cliqués, lus, commentés. Ce plaisir est un peu le même que celui du joueur de bowling. Il y a des strikes, des bides, des semi-satisfactions.
Cela fait maintenant un an que je suis connecté à Google Analytics et le Top ten est éloquent :
10- « mes frères ». Je suis bien content d’avoir pu faire un peu de pub pour ce film qui fait connaître une maladie rare. Bien entendu, l’article est à publier dans les jours qui suivent la sortie du film, sinon, c’est un coup d’épée dans l’eau.
9- « Boris perd et gagne ». Strike réussi. Publié juste après la démission du bouffon londonien.
8- « Finalement, il y a quoi dans le Coran ? » L’islam, ça marche bien en ce moment. J’ai remarqué à cette occasion que beaucoup de gens likaient sans lire.
En 7, il y aurait « un con en hiver », mais le score est dû à un vendeur de viagra qui a pris ce post en otage. Donc, ça ne compte pas.
7- « Deash est en nous » celui-là, je l’avais écrit il y a deux ans au moment de l’assassinat du père Hamel, mais les gens le consultent toujours.
6- « Une vie chinoise ». Écrit aussi il y a deux ans. Je ne sais pas pourquoi il a tant de succès.
5- « comment draguer la catholique sur les chemins de Compostelle ». Ça, c’est un article de Guy, mon co-blogueur. Le succès doit beaucoup plus au titre, à mon avis, qu’à un intérêt pour la religion catholique.
4- « La disparition de Josef Mengele ». Ça, c’était au moment des prix littéraires.
3- « Quand vient la peur » Article écrit il y a 5 ans et demi, consulté massivement début août, quand le film est repassé sur France 3. Strike à retardement.
2- « balance ta chienne ». Bon, là, j’avais surfé sur la vague « balance ton porc ». Le titre accroche bien.
1- « Religion et obscurantisme en France ». C’est un très beau strike celui-là. Pas directement attaché à une actualité brûlante. Un truc qui touche l’inconscient collectif français. J’espère qu’il y en aura d’autres comme ça.
Que mes lecteurs se rassurent, mon but n’est pas uniquement de faire de l’audimat, mais c’est bien aussi de savoir ce qui vous intéresse. Je continuerai donc à écrire des posts qui n’intéressent a priori personne, comme cet article écrit il y a un an sur le Mokélé-Mbembe qui fait tout de même son petit bonhomme de chemin et qui sera peut-être un jour dans le top ten.

Édouard

Azimut

Le blog a fêté ses huit ans en mai. Cela faisait huit ans que je bricolais dans mon profil d’administrateur en me demandant toujours à quoi pouvait bien servir telle ou telle fonctionnalité. Au début de l’année, j’ai enfin compris que mon blog était un blog WordPress remanié par Le Monde. Il faut dire à ma décharge que cette parenté n’est pas particulièrement valorisée sur l’interface administrateur, même si elle n’est pas niée. Qui va regarder ce qui est écrit en bas des pages ? Je me suis alors demandé si les difficultés rencontrées pour faire évoluer le blog étaient liées à un manque de compétences personnelles ou à une volonté du Monde de freiner les velléités trop aventureuses. J’ai donc fait l’acquisition de « WordPress pour les nuls » dont la dernière édition est sortie au printemps et j’ai trouvé la réponse qui est bien entendu « les deux ». L’apport principal du bouquin est de m’avoir bien fait comprendre la distinction entre « catégorie », « menu » et « widgets » sans quoi tu te heurtes toujours à des difficultés insurmontables.
Fort de mes nouvelles compétences, j’ai commencé à me demander ce que je pouvais faire pour améliorer « jet d’encre » et la première chose qui m’est apparue et que ce nom choisi il y à deux ans ne me convenait plus. Il y avait quelque chose de gênant dans ce nom, comme une agressivité industrielle dépourvue d’émotions. C’était peut-être le cas en 2012-2013 quand mon principal souci était de remplir le blog avec Guy et Martine, mais ce n’est plus le cas.
Ce que je souhaite aujourd’hui, c’est proposer des clés d’analyse, de faire réfléchir, de créer du lien. Avec Google analytics, je sais mieux ce qui intéresse les visiteurs. Je ne trouvais pas le nom alors, j’ai cherché dans les synonymes d’« Antidote » et j’ai flashé sur « Azimut ».
Ce mot à la fois sympathique et savant d’origine arabe, indispensable à la navigation en haute mer correspondait parfaitement à l’objectif poursuivi dans mes critiques et chroniques, mais moins il est vrai aux textes de fiction et à Georges en particulier.
C’est la raison pour laquelle les aventures de Georges sont en train de migrer sur « Shortédition ». Il sera encore possible d’y accéder par la rubrique « du côté de chez Georges », mais tous les liens renverront sur « Shortédition ».
J’ai voulu moins axer le blogue sur l’écriture et la littérature et à ce titre, j’ai créé un menu qui n’existait pas pour les chroniques. J’ai supprimé la page « blog à part » car je ne pense plus que ce soit la peine d’insiste sur le fil conducteur de la création du blog. Il y a eu des hésitations, des fausses pistes, des retours en arrière, de nouveaux supports et outils. Tout ça n’est pas bien linéaire. Toutefois, les articles sont toujours là, accessibles par CHRONIQUES/Écriture. Ayant enfin compris ce qu’était un « thème », j’en ai choisi un qui avait un bandeau latéral pour y mettre les trois thématiques qui me tiennent le plus à cœur : l’Europe, le fanatisme et la religion.
Mais l’évolution majeure d’ « azimut » est la place donnée au Multimédia. Nous sommes dans une civilisation de l’image. C’est pourquoi j’ai recréé la rubrique « cinéma », abandonnée pendant quelque temps. C’est aussi la raison pour laquelle tout article est aujourd’hui associé à une image. Le rapport entre l’image et le texte n’est pas toujours évident, mais il y en a toujours un. À vous de le trouver.

Édouard

Le bonheur Analytics

Internet nous rend-il heureux ? Je ne veux pas parler ici du grand bonheur, des rencontres extraordinaires sur Meetic qui vont changer la vie des internautes, mais de ce que Philippe Delerm aurait qualifié de plaisir minuscule. Souvenez-vous, « la première gorgée de bière », 1997, il n’était pas question alors d’internet puisqu’internet n’avait pas encore été mis à la portée du grand public. Mais les « like » de posts sur Facebook, les demandes d’amitié même si je sais bien que sur le lot, il y aura toujours quelques putes, une poignée de fachos et trois vendeurs de dentifrice, ça fait plaisir.
Avec internet, nous sommes en interconnexion permanente les uns avec les autres. Avant, pour les athées, il n’y avait peut-être que dans les manifs qui permettaient cette communion. Aujourd’hui, pourquoi manifester puisqu’il y a Facebook et Twitter ?
Savoir que les posts de mon blog sont lus, c’est aussi du plaisir minuscule. Et le véhicule qui me permet de connaître l’activité de mon blog, c’est « Google analytics ». Donc « Google analytics » contribue à me faire plaisir.
Lors des précédents posts concernant la vie du blog, j’avais fait part de mon souhait de le voir devenir un petit îlot culturel sur lequel le visiteur pourrait passer du temps. Je voyais ça à l’époque comme une utopie, mais ce n’en est plus vraiment une.
Il y a le « taux de sortie » qui permet de savoir que des utilisateurs ont visité plusieurs pages, à ne pas confondre avec le « taux de rebonds » dont on dit que c’est mieux quand il est bas, mais ça me choque pas si un internaute tombe sur un de mes posts via Google et s’en va immédiatement après l’avoir lu. Je préfère que 100 utilisateurs lisent le post sans aller ailleurs plutôt qu’un seul utilisateur qui va surfer sur 100 articles sans y prêter attention (un sacré psychopathe, celui-là).
Pour le reste, ce n’est pas encore la « grande librairie », mais il y a comme un frémissement (statistiques depuis le 12 août 2017) :
– 24 visites dans les pages « Blog à part », « mes films » et « du côté de chez Georges » ;
– 18 visites dans les rubriques livres. Ça c’est une belle satisfaction, j’ai bien fait de me casser le cul pour rendre cette micro bibliothèque plus lisible ;
– 16 utilisations du moteur de recherche ;
– 15 recherches dans les archives, surtout pour les années 2017-2018 et aussi 2010 (probablement la trace des fans de la première heure) ;
– Bon, seulement 4 passages pour les rubriques « raconter l’humain, l’espace et le temps ». Ça, c’était mon grand dada, mais peut être que je ne suis finalement que le seul à comprendre.
Bref, comme disaient déjà nos ancêtres du paléolithique, « y a pas encore de flammes, mais ça fume un peu ».
Que la fête continue.
Edou@rd

Le mystère des migrants Facebook

Il y a un mois, je disais avoir perdu 77 amis FB depuis juin. Toutefois depuis 10 jours, j’ai refait le plein si bien que ce soir, je dépasse le nombre d’amis de juin 2016. Bien entendu, je dis ça pour les nouveaux qui liront ce poste, ils sont bien mieux que ceux qui sont partis 😊…à moins que ce ne soient les mêmes. Pour tout dire, si j’ai constaté que mon nombre d’amis diminuait, je n’ai pas pu savoir qui partait. En tout cas, ce n’était visiblement pas des familiers qui semblent toujours fidèles au poste.
Ça me plaît bien d’imaginer un complot de 80 amis Facebook qui, après s’être étiolés pendant 6 mois, décident de revenir groupés tout à coup. C’est malheureusement peu probable et je constate sur mon fil d’actualité que je ne suis pas le seul à être concerné par cette invasion amicale qui, je ne le cache pas, est plaisante au milieu de l’hiver d’autant plus que la plupart de ces amis semblent avoir des profils vraiment intéressants. Bon, sur le lot, il y a encore quelques blondes aux gros seins qui, saison oblige, sont beaucoup moins dénudées qu’au mois d’août ; quelques profils purement commerciaux et deux ou trois FN/UPR, mais globalement, ce sont des gens qui tournent autour de la littérature.
Je n’avais pas d’explication pour les départs espacés dans le temps, mais ça ne me semblait pas vraiment mystérieux : il y en a certainement eu qui n’aimaient pas mes posts, d’autres qui se sont fait pirater leur compte ou ont décidé de quitter FB pour une raison X ou Y et sans doute un certain nombre qui ont atteint le plafond des 5000 amis et qui décident de faire du tri. Par contre, l’arrivée massive de nouveaux amis est moins facile à expliquer. L’année dernière, j’avais pensé que c’était lié à l’activité sur mon blog, mais maintenant que je suis relié à Google analytic, j’observe qu’il n’y a pas d’activité anormale. La seule explication rationnelle est qu’on est en hiver et que les gens ont plus envie de créer du lien qu’en d’autres périodes de l’année.
En fait, j’ai une autre idée, mais elle est un peu floue. Je me demande si tous ces amis existent vraiment, s’il y a bien derrière ces photos de vrais individus en chair et en os qui leur ressemblent. Ce n’est pas simple de créer des vrais faux profils, mais ce n’est pas impossible avec un algorithme qui va créer un profil qui me plaira à partir de mes propres centres d’intérêt. C’est peut-être du fantasme, mais il serait possible d’imaginer que FB diffuse des faux profils uniquement pour me faire plaisir, pour me fidéliser, à l’heure où d’autres réseaux sociaux apparaissent et où certains désertent FB pour VK.
En attendant, je continue à accepter les profils qui me plaisent sans savoir s’il y a vraiment des gens derrière. Avec le temps, il y a tout de même quelques amis Facebook qui prennent une forme un peu humaine comme Necro Mongers, Christophe Adan, Véronique Morin, Hélène Vivi, Laurent Daniel, Franck Chanloup, Loredana Kahn… et je serais vraiment très surpris si on me prouvait qu’ils n’ont en fait aucune existence réelle.
Après mûre réflexion, je me demande si c’est vraiment important de savoir si je peux les toucher en vrai du moment qu’ils me font rire, pleurer, réfléchir ou m’énervent. La seule chose qu’on leur demande est de s’exprimer et sur FB, je préfère un robot qui s’exprime à un humain qui ne dit rien.
Édouard

La rentrée « jet d’encre »

Je ne sais pas pourquoi, je sens que j’ai été bien inspiré en rebaptisant mon blog l’année dernière. Tout le monde sait aujourd’hui qui était le général Lee historique et de moins en moins de personnes se souviennent de la voiture des frères Duke.

Comme expliqué dans un précédent post, la découverte de Google Analytics m’a non seulement permis de retrouver une visibilité sur les articles consultés, mais m’a aussi permis de faire la part des choses entre les simples clics et les vraies lectures.

Il m’a permis de voir aussi d’autres activités sur le Blog dont je ne soupçonnais pas l’existence. Ainsi, j’ai eu la surprise de voir que la rubrique « histoire d’un blog » était lue, ce qui m’a incité à la toiletter un peu.  Je continuerai bien entendu à l’entretenir . J’ai vu qu’il y avait beaucoup de nouveaux arrivants sur le blog et qu’il fallait que je fasse un effort pour le rendre lisible.

J’ai vu aussi avec émotion que des visiteurs avaient entré le mot « Georges » dans le moteur de recherche en haut à droite. C’est vrai que je l’ai beaucoup délaissé ces derniers temps, le pauvre. Ces aventures étaient noyées dans les différentes rubriques. Pour ceux qui voudraient retrouver ses aventures et ceux qui voudraient les découvrir. J’ai créé une page juste au-dessus de « blog à part » (ex « histoire d’un blog ») intitulé « du côté de chez Georges » qui permet d’y accéder plus facilement.

J’ai réalisé que la dichotomie entre « coin de l’auteur »et « coin du critique » était un peu compliquée et largement faussée par le fait qu’il y avait beaucoup de critiques de livres dans le « coin de l’auteur ». Il devient « Raconter l’humain, l’espace et le temps » : l’objectif poursuivi par les différentes sous-rubriques.

« Le coin du critique » est maintenant bien séparé entre « Livres » et « ciné critiques ».

Cela faisait longtemps que je souhaitais que « jet d’encre » soit aussi pour le visiteur une petite bibliothèque dans laquelle il pouvait trouver des idées de lecture. Le fait que les critiques de livres soient noyées tout au fond d’un menu déroulant n’aidait pas le visiteur à trouver son bonheur et même à savoir qu’il pouvait le trouver. L’arborescence des livres sur la colonne de droite est maintenant bien visible.

Les critiques de cinéma sont toujours accessibles par un menu déroulant. Dans la mesure où cette rubrique n’est quasiment plus nourrie, je la fais discrète en attendant de trouver un contributeur (une contributrice) qui voudra bien reprendre le bébé. Moi, ça me prend trop de temps de faire en plus le ciné. Avant, je ne sais pas où je trouvais le temps.

Certains aventuriers découvriront peut-être qu’en allant tout au fond des critiques de ciné, on retrouve aussi les livres. Pour être franc, je n’ai pas encore trouvé le moyen de les faire disparaître sans affecter l’arborescence des livres placée au-dessus. Je cherche…si quelqu’un sait comment je peux faire, je suis preneur.

Edou@rd