De la libération à la “normalisation” sexuelle?

– Tonton, c’est quoi la libération sexuelle?

– Tout d’abord, il y a la terreur des parents que leur fille tombe enceinte ou que leur fils devienne père avant d’être autonome financièrement.

Dans ce cadre, les interdits religieux imposant l’absence de relations sexuelles avant le mariage avaient tout pour rassurer les parents.

La religion interdisait également les rapports sexuels à des fins non reproductives. A cet égard, l’homosexualité était un comportement condamnable.

Puis, sont arrivés la pilule et le droit à l’avortement qui se sont ajoutés aux méthodes existantes, plus ou moins efficaces.

Quoi qu’il en soit, ces nouveaux dispositifs ont permis de dissocier encore plus clairement le sexe de la reproduction. Les femmes ont pu maîtriser leur fécondité, qui dépendait autrefois largement des hommes. La vraie révolution est peut-être là. Les rapports sexuels non reproductifs ont toujours été possibles et l’avortement très hasardeux. La diffusion de la pilule, des contraceptifs et la légalisation de l’avortement permettant surtout de mieux réguler tout ça.

Toujours est-il que dès la fin des années 60, les sociétés occidentales se sont persuadées qu’elles vivaient une révolution sexuelle et que tout était possible. Des BD de Gérard Lauzier aux Bronzés en passant par Salo de Pasolini, on savait bien qu’il n’en était rien. Les mâles dominants, les allumeuses, les laissés pour compte, les prédateurs et les victimes de violences sexuelles n’avaient pas disparu. Mais beaucoup voulaient y croire.

La révolution sexuelle de la fin des années 60 était très phallocrate. Les homosexuels n’étaient plus chassés mais non moins méprisés.

C’est au milieu de cette société qui voulait jouir sans entraves en se voilant la face que je suis né. Quand j’ai été assez grand pour comprendre ce qui se passait autour de moi, on parlait du SIDA touchant de plein fouet la communauté homosexuelle et qui n’engageait guère à la gaudriole. Les chantres de la libération sexuelle essayaient tant bien que mal d’entretenir la flamme.

Les adolescents de la fin des années 60 étaient entre temps pour la plupart devenus parents et devaient faire face aux même inquiétudes que leurs aînés avec des réponses diversifiées, certains étant fidèles à la tradition, d’autres plus ouverts dans la mesure ou une panoplie de mesures médicales permettaient maintenant d’éviter l’irréparable.

Encore plus tard, l’âge devenant une entrave à la jouissance sans entraves, le Viagra entra en scène. Ce nouveau remède miracle n’eut pas seulement pour effet de rassurer quelques septuagénaires sur leur virilité mais révolutionna aussi l’industrie du porno. Avant le Viagra, un homme au physique difficile avait ses chances s’il était capable de garder une érection dans des conditions de tournage peu excitantes. Avec la chimie, les moches n’avaient plus qu’à aller se rhabiller.

Internet et les logiciels de retouches permirent de donner une dimension inégalée au sexe, permettant à chacun en quelques clics de voir les ébats de demi-dieux n’existant pas vraiment dans la réalité.

La digitalisation de l’industrie du sexe lui permit un essor considérable : godemichés, fouets et menottes pouvant être achetés en ligne et livrés discrètement à domicile. Plus aucun risque de croiser son voisin ou son boulanger en se rendant dans un sex-shop.

Et voilà comment en 50 ans, le sexe non reproductif est passé d’un tabou religieux brisé à une branche à part entière de la société de consommation.

Depuis MeToo, les Dom Juan se font discrets et les garces préfèrent parfois se faire passer pour des victimes. Les laissés pour compte ont désormais toute une gamme d’offres commerciales censées les satisfaire. Certains aventuriers de la libération sexuelle autrefois convaincus de leur impunité doivent répondre de leurs actes : à ce titre, les pédophiles des années 70 sont aujourd’hui rattrapés par la justice. Pour les vraies victimes, rien n’a changé.

L’oncle Edouard n’était pas réputé pour ses capacités à s’adapter à son public. Du haut de ses 10 ans, son neveu n’avait quasiment rien compris. Il le regarda bouche bée quelques instants avant de se décider à prendre la parole.

– Ah…c’était avant donc? C’est fini maintenant?

– Oui

Edouard

Goodbye Poutine

Alors que les Russes qui ont aujourd’hui moins de 30 ans ne connaissent l’URSS qu’à travers les propos de leurs aînés, Vladimir Poutine, ancien du KGB qui aura 70 ans cette année, déclare la guerre à l’Ukraine qu’il voit s’éloigner de son champ de contrôle.

30 ans sont donc passés. Les ex-pays de l’Est ont intégré l’OTAN et l’Union européenne et les pays tampons entre la Russie et la zone OTAN/UE lorgnent l’ouest. C’est un peu trop pour Poutine qui craint de voir son empire amputé une fois de plus. Cela explique a priori pourquoi il prend les devants et attaque l’Ukraine avant qu’elle ne bascule définitivement à l’ouest.

Tout cela peut paraître bien désuet. Le monde a bien changé en 30 ans. Dans l’immédiat, le comportement paranoïaque du président russe aura en tout cas permis de faire revivre l’ardeur d’un ancien volcan qu’on croyait éteint (merci, Jacques Brel) : l’OTAN et par là même, le leadership militaire américain.

Également vestige de la guerre froide, l’OTAN justifie son existence par l’agressivité potentielle ou réelle de la Russie. L’organisation se justifie également par l’absence de force militaire unifiée au sein de l’Europe, suffisamment forte pour pouvoir s’opposer à la Russie.

Mais l’OTAN n’est-elle pas devenue un boulet pour les États-Unis ? En agressant l’Ukraine, la Russie n’oblige-t-elle pas les Américains à porter leur attention sur l’Europe alors même qu’ils ne considèrent plus depuis longtemps l’océan Atlantique comme un axe stratégique majeur.

Comme chacun sait, les États-Unis n’ont aujourd’hui d’yeux que pour la Chine, en passe de devenir la plus grande puissance mondiale et par là même, pour la zone pacifique (voir le traité Aukus signé en septembre dernier).

Qu’adviendra-t-il si la Chine décide d’envahir Taïwan ? Les Américains pourront-ils être sur les deux fronts ? Assistera-t-on au commencement d’une troisième guerre mondiale ?

N’est-il pas temps d’admettre que l’OTAN est aujourd’hui devenue un cadre anachronique ? N’est-il pas temps de laisser à l’Union européenne le soin d’assurer sa propre défense en mettant en place une vraie armée européenne ?

Jusqu’à maintenant, le statu quo était de règle. d’une part, la volonté des Européens d’assurer seuls leur propre défense restait faible. D’autre part, la possibilité offerte aux États-Unis de garder via l’OTAN un contrôle sur des alliés devenus également des concurrents économiques présentait un certain intérêt.

L’histoire ne devrait cependant pas permettre éternellement à l’Union européenne et aux États-Unis de se satisfaire de l’ambiguïté confortable de l’OTAN. Les choses sont peut-être en train de changer, espérons qu’il n’est pas trop tard.

Vladimir Poutine restera peut-être dans l’histoire comme l’homme qui aura mis définitivement fin à la guerre froide.

Édouard Latour

Les emmerdés

Quelques vérités tout d’abord :

– On peut ne jamais avoir été vacciné, ne jamais avoir attrapé le COVID et par là même, ne jamais l’avoir transmis à personne ;

– On peut avoir eu trois doses de vaccins, attraper le COVID et en mourir après avoir contaminé d’autres personnes ;

– Un test PCR négatif récent est une meilleure preuve d’absence de COVID qu’un certificat de vaccination.

On peut alors se demander dans ces conditions quel peut être l’intérêt du président de la République d’« emmerder » les non-vaccinés.

A-t-il trouvé des boucs émissaires faciles alors même que la campagne électorale s’est engagée et que le variant Omicron rend encore plus floues les hypothèses de sortie de crise ? C’est bien possible, mais ce n’est peut-être pas la seule explication.

Statistiquement, si les deux premières affirmations ne sont pas impossibles elles sont peu probables si l’on sait qu’un non-vacciné a aujourd’hui 16 fois plus de chances de se retrouver à l’hôpital qu’un vacciné et 38 fois plus de chance de se retrouver en soins critiques.

La décision de passer du passe sanitaire au passe vaccinal peut paraître a priori étrange. Elle ne renforce pas la sécurité sanitaire des lieux clos et semble même la fragiliser puisque les tests négatifs sont une preuve plus fiable d’absence de COVID qu’une preuve vaccinale. Certains y ont vu un nouveau caprice dictatorial, mais là encore, une autre explication est possible. Le gouvernement a peut-être abandonné l’idée d’arrêter la circulation du virus. L’avènement de l’immunité collective tant espérée il y a un an semble hypothéqué par les variants et le rêve de la maîtrise de la circulation du COVID semble aujourd’hui s’éloigner. Dès lors, il ne reste plus qu’une seule possibilité au gouvernement pour limiter les cas graves : promouvoir la vaccination afin de limiter le nombre de morts et d’éviter un engorgement des hôpitaux.

Aucun candidat à l’élection ne voudra se voir accusé d’avoir fait des morts et d’avoir contribué à l’engorgement des hôpitaux. C’est la raison pour laquelle le passe vaccinal sera voté.

Il n’y aura pas non plus d’obligation vaccinale. Non seulement, parce que cela présente un risque politique énorme pour le quasi-candidat Macron, mais aussi parce que la mise en œuvre de cette mesure est impossible dans une démocratie (on imagine mal les militaires attachant les non-vaccinés sur des chaises pour leur inculquer de force le vaccin…).

Donc, Macron utilisera le moyen le plus simple et le seul dont il dispose pour contraindre les non-vaccinés, les emmerder en limitant leur accès à la consommation, car il l’a bien compris depuis les gilets jaunes, la soif de consommation des Français est bien plus forte que leur soif de liberté, d’autant plus qu’en l’occurrence, la liberté prend des allures de roulette russe.

Édouard

La dernière bataille des « antis »

La troisième saison du Covid s’ouvre et toujours pas d’issue claire. De la première, on retiendra certainement le mystère pangolin, la chute de Donald Trump et la gloire de Didier Raoult. De la seconde, on retiendra forcément le vaccin avec ses effets sans doute moins spectaculaires que ce qu’on aurait pu espérer, mais un vaccin efficace tout de même si l’on en croit la proportion de vaccinés et de non vaccinés dans les hôpitaux.

Les antis constituent un groupe hétérogène au contour imprécis, peuplé d’anti-masques, d’anti vax, d’anti-pass, d’ex-gilets jaunes, d’opposants acharnés… Dans cette nébuleuse, on trouve quelques leaders politiques extrémistes, des médecins eugénistes, des gourous et d’ex-stars assoifés de reconnaissance médiatique. Enfin, on y trouve une poignée d’escrocs de plus ou moins grande envergure.

Zemmour arrivera-t-il à les rassembler ? J’en doute. Je pense qu’il finira lui aussi par être englouti par la masse. Quoi qu’il en soit, ces « antis » constituent le sel de la saga. Sans eux, cette histoire de coronavirus serait vite devenue fade. On parle de 6 millions, c’est beaucoup, mais cela reste une minorité au regard de l’ensemble de la population.

Inexorablement, leurs rangs sont amenés à s’éroder, sous les effets des tentatives du gouvernement, mais aussi sous l’effet des risques qu’impliquent la non-vaccination. Chaque jour, des milliers d’ex-opposants choisissent de franchir le pas de la première injection. L’opinion publique commence aussi à se lasser et aimerait bien que cette troisième saison soit la dernière. Les « antis » ne peuvent plus vraiment compter sur leur soutien d’autant plus que comme on ne sait plus trop comment résoudre le problème, ils apparaissent désormais comme des boucs-émissaires idéaux. L’idée de sacrifier leur chef pour apaiser la colère divine fait son chemin. Heureusement pour eux, ils n’en ont pas.

Le gouvernement a donc maintenant un boulevard pour imposer la vaccination.

Logiquement, donc, leurs rangs vont se resserrer, se durcir, se radicaliser. La bataille promet d’être belle. Elle durera jusqu’au printemps. L’élection présidentielle sera en effet un point clef de cette saison puisque derrière les « antis » se cache aussi un rejet d’Emmanuel Macron, le fameux « Macron démission », unique slogan des gilets jaunes qui avait commencé à se faire entendre bien avant le COVID.

Si Macron est réélu, ce sera un échec pour les « antis », mais un noyau dur persistera, toujours plus dur, toujours plus radicalisé.

Si Macron est battu, ce sera une victoire qui risque d’être de courte durée. Je n’imagine pas un nouveau président avoir une gestion du COVID fondamentalement différente de celle actuellement menée par le gouvernement.

Donc, pour moi, les antis ont du plomb dans l’aile.

Leur seule victoire sera peut-être d’être enfin devenu des vrais résistants. Peut-être pour défendre une cause stupide et dangereuse, mais résistants tout de même.

Édouard

La faute à Crémieux

Le 24 octobre 1870, le décret Crémieux donnait la nationalité française aux juifs algériens, c’est par ce biais que la famille d’Éric Zemmour put devenir française. Je ne sais pas quelle était la part d’islamophobie dans ce décret, il s’insérait en tout cas dans un processus d’intégration des juifs dans la société française initié en 1789.

Quoi qu’il en soit, il creusa un fossé qui devint vite infranchissable entre les communautés juives et musulmanes d’Algérie qui avaient pourtant pris l’habitude de vivre ensemble pendant des siècles.

Sur le coup, les réactions des juifs algériens furent certainement diversifiées. Certains essayèrent sans doute de continuer à vivre comme avant et j’imagine que  d’autres s’indignèrent de la discrimination faite par le décret. Enfin, une partie déduisirent de la lettre du décret que comme le gouvernement français considérait que seuls les juifs algériens étaient assimilables dans la société française et donc que par essence, les musulmans ne l’étaient pas. Je ne sais pas si la famille Zemmour était divisée, en tout cas, c’est cette dernière voie que l’actuel chouchou des médias semble suivre.

Comme on sait, l’intégration des juifs dans la société française n’était pas du tout pliée en 1870. De Dreyfus à Vichy en passant par Barrès et Céline, il faudra attendre la libération des camps en 1945 et le film d’Alain Resnais « nuit et brouillard » sorti dix ans plus tard pour que l’antisémitisme ordinaire de la société française soit ébranlé en profondeur.

Les musulmans algériens ne bénéficièrent pas pour leur part d’une reconnaissance révolutionnaire ni d’un décret Crémieux. Ils eurent cependant la possibilité d’acquérir la nationalité française entre 1962 (fin de la guerre d’Algérie) et 1967 comme tous les autres Algériens non pieds-noirs et non-juifs. Arrivés dans un pays en voie de déchristianisation et des décennies après la loi de séparation de l’église et de l’état, ils ne furent jamais fixés sur la volonté de la France de les intégrer. Le gouvernement français, désormais laïc, n’avait plus à s’occuper des religions, et était sans doute bien contant de ne plus avoir à le faire.

C’est dans cette zone grise que joue Éric Zemmour, alors qu’Al-Qaïda, Boko Haram et les talibans s’évertuent à démontrer l’incapacité du monde musulman à s’accorder avec les valeurs occidentales.

Fort opportunément, il relance le débat de l’assimilabilité des musulmans à la société française, celui-ci n’ayant jamais été clos faute de n’avoir jamais été officiellement ouvert.

Dans quelques semaines, quelques mois, on n’entendra peut-être plus parler de Zemmour, il aura fini par lasser. Il aura toutefois posé une question qui ne doit pas être un tabou : « les musulmans sont-ils assimilables dans la société française ? » Les médias ne parlent pas de la grande majorité des musulmans parfaitement intégrés à la société française, cela n’intéresse personne, mais cette question ne peut rester sans réponse. La voie d’un « oui » ferme et sans ambiguïté doit être trouvée.

Édouard

L’avenir du complot

« Ta descendance sera aussi nombreuse que les étoiles du ciel ». La promesse divine faite à Abraham dans le livre de la genèse devait être bien séduisante il y a trois mille ans, le soir au coin du feu, alors même que la question de la survie des communautés humaines restait un souci permanent.
Cette prédiction a aujourd’hui un goût plus amer, alors même que la population mondiale approche les huit milliards. Quel avenir offre-t-on aux enfants ? Les ressources de la planète s’épuisent et l’activité humaine a des conséquences désastreuses sur le climat, mettant déjà en danger la survie de l’humanité. La conviction que nous sommes trop nombreux sur Terre fait son chemin.
Que faire ? Changer le système ? Tout le monde en parle, mais on voit bien que dans qu’il n’y aura pas de cataclysme majeur, il ne se passera pas grand-chose. Mais alors, doit-on éliminer physiquement une partie de l’humanité ? Doit-on stériliser les populations ? Qui s’en chargera ? La crise du COVID aura permis aux complotistes d’apporter une réponse : un groupe de super méchants a décidé d’exterminer une partie de l’humanité. Pour ce faire, ils ont fait courir le bruit qu’une pandémie avait envahi la planète ou (selon un autre scénario), ils ont créé et répandu volontairement le virus. Tout ça pour pouvoir diffuser un « pseudo vaccin » produit par leur acolyte, « Big Pharma », destiné à faire aboutir leur projet. Loin de protéger du COVID, ce « vaccin » est meurtrier. Il provoque, sinon la mort du vacciné a plus ou moins long terme, une stérilisation le privant de descendance. De plus il modifie l’ADN des individus traités.
Ces croyances sont présentes un peu partout dans le monde et expliquent en partie la difficile diffusion du vaccin en Afrique. Aujourd’hui, alors même que la progression de la vaccination correspond à l’affaissement de la pandémie, en l’absence de surmortalité massive liée à la vaccination et alors qu’aucun impact sur la natalité n’est constaté, la croyance bat de l’aile et le nombre des adeptes s’effondre.
Revoilà donc l’humanité confrontée à ses angoisses. Que faire pour lutter contre la surpopulation mondiale ?
Pour écrire ce texte, j’ai lu ce qui était dit sur le site complotiste « ripostelaïque ». J’ai été frappé par un article qui concluait que finalement, cette entreprise d’extermination mondiale était un moindre mal au regard de ce qui se serait passé si elle n’avait pas eu lieu.
Aussi effroyable qu’elle puisse paraître, cette croyance avait finalement un caractère rassurant. Elle permettait à tous ceux qui y adhéraient de s’exonérer de toute responsabilité dans la lutte contre la surpopulation.
Exister et faire des enfants a un impact économique et écologique sur la société. S’il devait y avoir une prise de conscience mondiale au sortir de la pandémie, ce devrait être celle-là. Accepter que le groupe exterminateur de gros méchants n’existe pas. Accepter que personne ne procède à une exécution de masse qui résoudra le problème de la surpopulation mondiale. Accepter que nous ayons tous notre part de responsabilité, volontaire ou non, dans les bouleversements planétaires qui s’annoncent.
Heureusement, ceux qui ont écrit la genèse manquaient de données fiables. L’humanité se stabilisera peut-être naturellement à un seuil au-delà duquel la vie sur Terre ne sera plus possible et/ou, contrainte par les circonstances, arrivera-t-elle à mettre en place un autre système économique.
Édouard

Les appelés

Enfant, j’étais intrigué par ce mot qui revenait toujours dans les propos d’un religieux expliquant la naissance de sa vocation souvent à l’adolescence: je me suis senti « appelé ». A l’époque, j’aimais bien ce mot un peu magique qui fleurait bon le surnaturel et j’imaginais une voix céleste qui venait annoncer sa vocation au futur religieux.

Plus tard, sans remettre en question l’appelle, j’ai réalisé qu’il devait aussi y avoir d’autres raisons plus terre à terre justifiant l’engagement religieux.

Le projet de vie idéal recommandé par l’Église catholique est le mariage hétérosexuel, la procréation et l’éducation des enfants dans un cadre religieux afin qu’ils puissent reproduire le schéma éducatif parental.

Qu’advenait-il de ceux qui, pour diverses raisons, parfois liées à des orientations sexuelles qu’ils ne considéraient pas comme « normales », ne se sentaient pas d’épouser ce schéma; attendu que la conception de ce qui est « normal » et de ce qui ne l’est pas dépend d’une prise de conscience de la société à un moment donné. Il y a 100 ans, les homosexuels étaient rejetés et la pédophilie n’était pas criminalisée.

La première solution était la fuite. Cela supposait une mise à l’écart de la communauté et demandait un certain courage. Évidemment, cela dépendait aussi du degré de conditionnement familial du jeune lui permettant de conceptualiser cette issue comme possible.

La deuxième possibilité était de rester « célibataire » dans la communauté. Cette position peu reluisante, mais tolérée faisait de l’individu un adulte inabouti qui se devait de garder un profil bas tout en nourrissant l’espoir de pouvoir un jour se marier et avoir des enfants.

La troisième possibilité était l’engagement dans les ordres. Cette issue était la plus évidente et la seule possible pour certains. Cet engagement n’aboutissait pas seulement à une acceptation de la communauté, mais à un statut social particulièrement valorisé au sein de la communauté. Sur le lot, il y avait certainement quelques hypocrites, voyant le moyen de vivre leur « différence » tout en jouissant d’une reconnaissance sociale. D’autres devaient cependant penser que leurs « pulsions déviantes » étaient une réelle manifestation du mal qu’il convenait de combattre. Dans les groupes de « guérison » d’homosexuels, on voit souvent des dirigeants anciennement homosexuels, persuadés d’avoir été guéris et convaincus de la nécessité de guérir les autres.

Bien entendu, je pense qu’une très grande majorité des religieux ne sont pas des criminels et que la plupart ont effectivement œuvré pour le bien de l’humanité. Je pense seulement qu’aucune considération sexuelle ne doit entrer en ligne de compte dans l’engagement religieux et qu’il faut donc laisser libres les religieux d’organiser leurs vies privées. Je ne suis ni pour ni contre le mariage des prêtres, je suis juste favorable à ce qu’ils conduisent leurs vies privées comme ils l’entendent et dans le respect de la loi.

Édouard

Où va l’humain ?

Qui sont ces gens qui manifestent tous les samedis contre des mesures gouvernementales qui m’ont toujours semblé être le fruit du bon sens, seules à même d’assurer la sécurité sanitaire du pays ? Les mesures prises par Emmanuel Macron ne sont d’ailleurs pas très différentes de celles prises de par le monde par ses homologues pour lutter contre la pandémie.

La négation de la pandémie, la dictature, big pharma, l’innocuité du vaccin…cette foule n’est-elle donc qu’un ramassis d’imbéciles narcissiques atteints par une paranoïa collective ? Je l’ai longtemps cru, sachant qu’une poignée d’entre eux défendaient aussi des convictions religieuses et politiques beaucoup plus concrètes.

La bêtise et la brutalité apparente des « anti » avec lesquels j’ai pu échanger sur Facebook me renforçaient dans mes convictions. Et puis, ce matin, les remarques de l’un d’entre eux m’ont fait réfléchir.

Il s’agissait d’une discussion terminologique autour de la notion « d’eugénisme ». Pour moi, il confondait « eugénisme » et « transhumanisme », deux courants de pensée que j’imaginais opposés. L’eugénisme pratiqué en particulier par les nazis visait à éliminer les plus faibles. Le transhumanisme prétend pour sa part, avec l’aide des nanotechnologies, de la biologie, de l’intelligence artificielle et des sciences cognitives (NTIC), faire évoluer l’homme vers un état post-humain. Si les moyens utilisés par ces deux théories sont différents, elles concourent toutes deux à encourager l’avènement d’un surhomme. Il est vrai aussi que les nazis avaient une passion particulière pour la biologie, la génétique, l’endocrinologie et que les trois autres briques des NTIC n’existaient pas à l’époque.

Le coronavirus semble avoir balayé la dichotomie gauche/droite traditionnelle qui tournait autour de la nécessité de l’intervention étatique dans la société. Il est évident qu’une crise comme celle-là ne peut être gérée uniquement par le secteur privé. Le nouveau débat qui se profile concernerait donc plutôt les moyens de gérer cette crise.

Il est vrai que la vitesse de production des vaccins a été incroyable. Vrai aussi que l’ARN messager, connu depuis des décennies, est pour la première fois utilisé pour un vaccin commercialisé est que nous n’avons effectivement aucun recul sur l’utilisation de ces derniers. Vrai enfin qu’on tâtonne et qu’il y aura sans doute d’autres vaccins plus adaptés si l’on constate que la protection  des vaccins actuels est insuffisante.

La majorité de la population, dont je fais partie, fait confiance aux pouvoirs publics. Y a-t-il vraiment une alternative ? Mais les doutes et les inquiétudes que peuvent avoir certains ne sont pas non plus infondés. Dès lors, on entrevoit un nouveau paysage politique qui opposerait les « bio conservateurs », souhaitant limiter au maximum l’intervention de la science sur le corps humain des « transhumanistes », plus ouverts aux innovations scientifiques. Personne n’est objectif et pour ma part, sans me sentir vraiment « transhumaniste », je ne me sens clairement pas « bio conservateur ». Je pense que les avancées de la science sont inéluctables et pourront avoir des effets positifs tout en étant conscient qu’il faudra mettre des garde-fous pour éviter les dérives.

Dans cette perspective on comprend mieux le sens donné au mot « dictature » qui ne serait pas qu’un abus de langage, mais l’expression d’une partie de la population « contrainte » à la vaccination. Plutôt une menace fantôme en fait, pas un régime dictatorial classique de type Corée du Nord ou Afghanistan.

Bref, si je n’accepte pas qu’on puisse discuter le principe des mesures sanitaires qui me semblent être l’expression du bon sens, je comprends qu’on puisse s’interroger sur la nature des vaccins dans un contexte scientifique mondial amenant à se poser des questions éthiques.

Mais pour moi, l’urgence est de sortir de la pandémie, ne nous trompons pas de combat. Notre seul choix possible est de faire confiance. On verra après…

Édouard

La dictature en danger


Au commencement était la souffrance. Une souffrance bien réelle, mais dont les causes n’étaient pas toujours bien claires : chômage, difficultés professionnelles, familiales, psychologiques… Et puis il y avait cette société de consommation arrogante, demandant de répondre à un standard de vie dont ils se sentaient toujours plus exclus, générant des frustrations qui devenaient de moins en moins supportables. L’arrivée au pouvoir d’un jeune président de la République auquel tout semblait réussir attisa haine et jalousies et acheva de mettre le feu aux poudres.
Ceux qui décidèrent de faire face à cette souffrance entrèrent en « résistance ». C’est un mot qui est très chargé dans notre beau pays renvoyant à l’héroïsme de la Seconde Guerre mondiale et s’inscrivant dans sa tradition révolutionnaire. Et qui dit « résistance » dit « dictature ». L’ennemi était tout trouvé : l’État. La souffrance initiale avait maintenant un sens et était plus facile à supporter.
Les gilets jaunes parlaient déjà de « dictature ». La pandémie donna un nouveau souffle au concept. Les privations de liberté étaient une preuve éclatante que le pays était bel et bien en dictature. Bien entendu, cela supposait un escamotage des raisons réelles ayant motivé ces mesures, à savoir : la situation sanitaire mondiale qu’il convenait à moins de minimiser et au mieux d’ignorer en faisant référence à un complot mondial ayant ourdi cette vaste supercherie.
L’armature de la dictature commençait à avoir des bases solides. Tout était bon pour rendre son existence toujours plus éclatante : couvre-feu, fermeture des commerces, port du masque…
Et puis arrivèrent les vaccins et avec eux, l’espoir de mettre fin à la pandémie. Se faire vacciner, c’était non seulement se protéger et protéger ses semblables, mais aussi limiter la diffusion du virus et contribuer à l’émergence d’une immunité collective. Dès lors, la vaccination se mit en marche avec un certain succès et les vaccinés se mirent à espérer une fin rapide de la pandémie.
À l’inverse, les « résistants » y ont vu une privation supplémentaire de liberté, nouvelle preuve de l’autoritarisme du pouvoir dictatorial en place. Ils furent toutefois surpris de devoir faire face aux réprobations du reste de la société voyant leurs comportements comme des freins à l’émergence de l’immunité collective devant aboutir à la fin de la pandémie et à la levée totale des restrictions.
On peut se demander si les « résistants » souhaitent vraiment la fin de leur « dictature ». Finalement, c’est elle qui donne un sens à leur action. Reconnaître que la « dictature » n’a jamais existé, c’est aussi prendre le risque d’être renvoyé à leurs souffrances irrationnelles.
Heureusement, beaucoup pourront prétexter que les nouvelles contraintes de la dictature gouvernementales ne leur permettent pas d’avoir d’autre choix que la vaccination.
La « dictature » survivra-t-elle à la fin de la pandémie ? Une affaire à suivre.
 
Édouard

Enseigner l’arabe

Le meilleur hommage à rendre à Samuel Paty et sans doute l’unique moyen de donner un sens au meurtre ignoble dont il a été la victime serait il me semble de faire du débat qu’il voulait engager avec ses élèves un débat national.

Peut-on rire de tout ? Oui, bien entendu. Si comme la plupart des Français, j’ai été indigné par les crimes islamistes commis au cours des dernières années, je dois dire que je ne suis pas particulièrement friand de la vulgarité gratuite des caricatures de Charlie Hebdo. S’il y en a que cela fait rire… pourquoi pas. Il est indéniable aussi que ces caricatures peuvent aussi blesser. Pas seulement les musulmans mais les autres religions aussi. Il est vrai que les catholiques sont un peu vaccinés. Les caricatures associées à cette religion ne sont plus très à la mode et n’effarouchent plus grand monde. L’islam semble un terrain beaucoup plus prometteur et  d’un point de vue marketing, Mahomet est certainement beaucoup plus rentable que Jésus.

Je pense qu’il ne faut pas donner à ces caricatures plus d’importance qu’elles n’en ont. Le but de leur auteur n’est sans doute pas de faire rire les musulmans, mais sans doute pas non plus de les choquer ou de les blesser. Le but est de faire rire les lecteurs de Charlie Hebdo…

Depuis le XVIIIe siècle en France, on caricature une religion qui avait un poids institutionnel écrasant dans la société française et dans son histoire. C’était une autocritique saine, une rébellion qui avait un sens politique précis. Qu’en est-il pour l’islam ? La communauté musulmane est bien présente en France, mais son poids dans la société n’a aucun rapport avec celui qu’a pu avoir le catholicisme. Alors, quel sens ? Le seul que je vois est une caricature d’une religion, uniquement parce qu’il s’agit d’une religion. Une démarche athée ? Sans doute. Cela correspondrait à l’esprit de Charlie hebdo.

Mais il ne faut pas confondre athéisme et laïcité. La laïcité réside dans le respect mutuel et on ne peut pas dire que ces caricatures soient très respectueuses. La laïcité nécessite une prise de recul par rapport à ses croyances, tout autant qu’une acceptation de celles des autres.

De quels moyens disposent aujourd’hui les jeunes d’origine arabophone pour prendre une distance avec l’islam quand l’arabe n’est pas enseigné à l’école et que son apprentissage n’est possible que par un enseignement coranique ? Comment comprendre les subtilités de la langue ? Comment comprendre la culture dans laquelle elle s’inscrit ? Comment discuter de l’interprétation d’une sourate ?

Il en résulte que l’identité de cette génération ne réside plus que dans des caricatures moquant des racines auxquelles ils n’ont pas accès. Il est temps d’offrir aux jeunes d’origines géographiques arabophones une autre voie que l’athéisme ou le salafisme.

Édouard